RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

La fronde culturelle s’organise, avec la bienveillance de bourgmestres qui ne font pas des fermetures une priorité

Fronde culturelle/les bourgmestres solidaires

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

24 déc. 2021 à 15:06 - mise à jour 24 déc. 2021 à 16:23Temps de lecture4 min
Par Patrick Michalle

"Le rôle des bourgmestres n’est pas évident parce qu’on doit être sur plusieurs fronts en même temps", ces propos du bourgmestre Ecolo Christophe Doulkeridis (Ecolo) résume bien la situation dans laquelle se trouvent aujourd’hui ceux et celles qui doivent faire appliquer sur le terrain les décisions prises au niveau fédéral.

Mais que fera la police ? Tout dépendra du pouvoir judiciaire et des moyens disponibles

Illustration
Illustration © Tous droits réservés

Sur le terrain local, consacrer des moyens policiers à l’application du nouvel arrêté royal n’est pas une priorité de l’avis des bourgmestres consultés, d’autant que les risques d’incidents sérieux peuvent nécessiter d’engager des capacités importantes en effectif qui en cette période de fin d’année sont limitées. Chaque policier présent sur le terrain aura déjà fort à faire pour assurer ses missions essentielles de sécurisation des biens et des personnes.

Christophe Doulkeridis (Ecolo Ixelles) : assurer avant tout la sécurité dans l’espace public

Illustration
Illustration © Tous droits réservés

Pour Christophe Doulkeridis, bourgmestre d'Ixelles, sa préoccupation est avant tout de gérer l’espace public : "Moi ce que j’entends pour le moment de la situation, ce sont des gens qui ont envie de manifester contre un certain nombres de mesures et ces manifestations sont en principe autorisées par la loi. Dès lors je dois à chaque fois vérifier de quoi il s’agit, qu’est-ce qu'il est prévu d’organiser pour voir un peu quelle attitude on va prendre et on tiendra compte aussi du nombre de personnes dont on disposera au niveau de la police".

Olivier Maingain (DéFI) : 31 décembre sans l’humour de Kroll, impossible !

Attitude plus radicale du côté d’Olivier Maingain (DéFI), bourgmestre de Woluwe-St-Lambert pour qui le spectacle de l’humoriste "Kroll" sera maintenu le 31 décembre coûte que coûte avec l’espoir que la situation d’ici-là se clarifie notamment via les nombreux recours introduits: " En tant que président de l’asbl organisatrice, je suis solidaire des équipes qui souhaitent être actives ce soir-là, comme bourgmestre par contre je me dois de respecter la légalité donc je ne peux pas ordonner à la police de ne pas constater, lui dire de fermer les yeux, mais cela ne veut pas dire que la police va considérer que c’est une priorité dans l'ensemble de ses nombreuses missions". Tout dépendra dès lors de l’attitude des autorités judiciaires confirme Olivier Maingain indiquant "qu’on assumera le risque du constat d’infraction si le parquet de Bruxelles sollicite la police pour intervenir". Dans tous les cas, nous maintenons le spectacle, ce qui peut se passer ensuite ne dépend plus de ma volonté.

Didier Gosuin (DéFI Auderghem) : l’espoir dans les recours

Même réaction du côté d’Auderghem avec Didier Gosuin (DéFI) où la "Revue" annuelle du centre culturel d’Auderghem doit voir lieu les 28, 29 et 30 décembre. Les organisateurs du spectacle introduisent aujourd’hui un recours contre l’arrêté du fédéral. Mais le bourgmestre ne pourra pas empêcher la police de constater les infractions si l’injonction lui en est donnée par le parquet de Bruxelles

Boris Dilliès (MR Uccle) : supprimer au plus vite cette mauvaise décision

Pour Boris Dilliès, le bourgmestre MR d’Uccle, les décisions prises ne lui paraissent pas justifiées mais son pouvoir est limité : "Il faut sortir du fantasme qui consiste à croire que le bourgmestre a tout pouvoir pour autoriser quelque chose qui serait devenu "illégal" à la manière d’un shérif, c’est pour cela que dans le cadre institutionnel, c’est très clair, pour moi il faut que le Conseil régional de sécurité (Le Cores de la Région de Bruxelles-Capitale) se réunisse rapidement et fasse pression auprès du fédéral pour que le codeco à son tour supprime cette mauvaise décision". Une demande de réunion en urgence du Cores a été adressée à Rudy Vervoort, président de la Région. 

Maxime Prévot (Namur) : dénonce l’incohérence des décisions gouvernementales

Maxime Prevot
Maxime Prevot © Tous droits réservés

Coté wallon, Maxime Prévot bourgmestre de Namur a déjà dit sur nos antennes tout le mal qu’il pensait de la fermeture du seul secteur culturel sans que cela ne soit à ce stade préconisé par les experts : Une nouvelle fois, l’incohérence des décisions gouvernementales va plonger tous les mandataires locaux dans une situation embarrassante " indiquant qu’il est à la fois tenu de ne pas cautionner des actes de désobéissance civile tout en étant désireux d'éviter d’envoyer la police avec des matraques. Sur le plan local, des initiatives de protestation sont déjà annoncées et un accord de solidarité a été passé entre le Théâtre de Namur, le théâtre Jardin passion, le Delta (Espace culturel provincial), le Concert Hall et le cinéma Caméo (les Grignoux) pour maintenir les programmes prévus.  

Willy Demeyer (Liège) : comprend les réactions hostiles car le monde culturel respecte les mesures

© Tous droits réservés

A Liège, Willy Demeyer devenu prudent après le retour de flammes du judiciaire lors de la fronde de l’Horeca en mai dernier où il avait annoncé qu’il n’enverrait pas sa police contrôler les terrasses. Plus nuancé cette fois face à d'éventuelles actes de désobéissance civile qu’il ne peut encourager dans le cadre de sa fonction, il comprend néanmoins les réactions hostiles aux mesures prises : "je voudrais attester que le milieu culturel liégeois, qui est important à l’échelle de la Ville, est un monde sérieux et toutes les institutions avec lesquelles je suis en rapport dans le cadre de mes responsabilités ont des protocoles, des équipements, des modes de fonctionnement qui sont conformes à ce qui est demandé dans la gestion de la pandémie". Et le bourgmestre d’ajouter qu’il peut témoigner en sa qualité de président de l’Opéra, que le personnel est désespéré par les décisions qui ont été prises.

Paul Magnette (Charleroi) : c’est au parquet à fixer les priorités d’intervention

A Charleroi, le bourgmestre Paul Magnette n’a pas souhaité faire de commentaire sur les décisions prises en codeco considérant que ce n’est pas à lui à orienter le travail des forces de l’ordre mais bien au parquet qui doit fixer les priorités d’intervention. Soulignons à cet égard que le procureur général de Mons, Ignacio De la Serna estime que le strict respect de ces décisions ne sera pour lui pas une priorité judiciaire en raison des nombreuses tâches qui mobilisent déjà policiers et magistrats.

Sur le même sujet

Liège : plusieurs centaines de personnes devant le cinéma Sauvenière pour soutenir la culture contre les mesures du Codeco

Regions

Coronavirus: le monde de la culture protestera dimanche au Mont des Arts contre la décision du Codeco

Coronavirus

Articles recommandés pour vous