Belgique

La Fondation de Fabiola et la réforme des dotations royales au centre des éditos

La Fondation de Fabiola et la réforme des dotations royales au centre des éditos
11 janv. 2013 à 05:24 - mise à jour 11 janv. 2013 à 05:41Temps de lecture2 min
Par Belga News

Le journal L'Echo s'offusque pour sa part de "l'hypocrisie latente" relative à la lourdeur et à l'obsolescence de notre système fiscal, rappelant que les tranches pour la taxation des droits de succession n'ont pas été adaptées depuis 90 ans.

"Il est aujourd'hui facile de hurler avec les loups, mais le nécessaire dépoussiérage de nos lois doit se faire de manière discernée et réfléchie", souligne le quotidien économique, qui rappelle que la Fondation peut aussi être un outil de gestion de bon père de famille.

Le journal Le Soir revient sur les nombreuses annonces de réformes de la loi sur les dotations et sur les pouvoirs de la famille royale ces dernières années, évoquant "des paroles et puis... plus rien". Malgré toutes ces annonces faites depuis 1990 et le refus du roi Baudouin de signer la loi dépénalisant l'avortement, ces réformes n'ont toujours pas eu lieu, souligne le quotidien.

Le Soir se demande aujourd'hui si les politiques vont cette fois-ci passer des paroles aux actes ou s'ils vont encore prétexter "les autres urgences, le moment mal choisi, la crise ou le danger séparatiste pour reporter cette indispensable réforme du système monarchique".

L'application effective des réformes, c'est aussi ce que réclame La Dernière Heure vendredi. Pour le quotidien la réforme des dotations est un geste nécessaire "non pas parce que les membres de la famille royale n'ont pas besoin de cet argent public pour représenter dignement l'Etat, mais bien parce qu'il est normal que les enfants du Souverain travaillent - comme tout le monde - pour gagner leur vie".

Pour le quotidien il était grand temps de recadrer la maison royale pour le bien du pays, mais les actes devront suivre rapidement.

Les journaux du groupe L'Avenir estiment eux que l'incident politique est clos mais qu'il aura bien pour conséquence la révision des dotations royales. Selon eux Elio Di Rupo était coincé et n'avait pas le choix, il ne fallait pas que cette affaire "emporte avec elle le Roi et toute la monarchie".

Du côté des journaux de Sudpresse on évoque la nécessité d'un "geste fort pour balayer les doutes qui menacent notre monarchie". Les quotidiens évoquent les explications peu convaincantes de la reine Fabiola qui n'ont pas calmé la tempête, devenue "une affaire d'Etat qui secoue la famille royale".

Alors que pour L'Avenir "la mèche est éteinte", pour Sudpresse le feu n'est pas maîtrisé et les efforts du Premier ministre risquent de ne pas suffire. L'éditorialiste craint que les promesses d'Elio Di Rupo ne servent qu'à éteindre l'incendie et estime que "face à l'ampleur de l'indignation (...) le gouvernement doit aller beaucoup plus loin... en exigeant un geste fort de Fabiola. Pour balayer tous les doutes".

Si l'éditorial de La Libre Belgique de ce vendredi est consacré à la rupture du cordon sanitaire à Denderleeuw, le quotidien consacre également plusieurs pages à la fondation de la reine Fabiola, titrant "Fabiola forcée à plus de transparence". La veille, le quotidien indiquait dans son édito que la création de cette fondation créait un malaise et amenait à se poser des questions sur l'origine de l'argent qui l'alimente - une question à laquelle la reine Fabiola a répondu depuis -, ajoutant que "la monarchie belge n'avait vraiment pas besoin de cette nouvelle polémique".

 


Belga

Sur le même sujet

Elio Di Rupo propose de taxer les dotations de la famille royale

Belgique

Le prince Lorenz travaille pour une banque qui offre des solutions offshore

Belgique