RTBFPasser au contenu

La filière agricole du chanvre wallon est en faillite

08 avr. 2019 à 15:501 min
Par François Louis

L'entreprise Be.Hemp (Marloie) a fait aveu de faillite auprès du tribunal de l'entreprise de Liège (Neufchâteau). Cette nouvelle usine, qui a coûté près de 2 millions d'euros, n'a jamais fonctionné convenablement. Les stocks de paille commandés aux agriculteurs wallons, réunis en coopérative (Belchanvre), se sont accumulés dans les hangars sans être traités ni commercialisés. Et les agriculteurs n'ont plus été payés depuis 2016.

Certains cultivateurs, prudents, n'avaient planté que quelques hectares. D'autres, plus enthousiastes, avaient converti plusieurs dizaines d'hectares dans cette nouvelle filière. Pour ceux-ci, individuellement, la perte s'élève à plusieurs dizaines de milliers d'euros. L'ardoise totale de Be.Hemp envers les cultivateurs wallons s'élèverait à environ 650.000 euros.

Pourtant, les débouchés existent

La confiance s'est effondrée. Cette année, les agriculteurs wallons qui sèmeront du chanvre dans le courant de ce mois d'avril se comptent sur les doigts d'une seule main. En 2017, ils étaient une centaine, et la récolte avait atteint 475 hectares.

Pourtant, les débouchés du chanvre agricole continuent de se développer. L'entreprise Isohemp, installée dans le parc de Noville-les-Bois (Fernelmont), a annoncé récemment un investissement de 5 millions d'euros pour fabriquer des blocs de chanvre pour le secteur de la contruction. Mais faute de chanvre wallon, Isohemp se fournit en France ou aux Pays-Bas, avec des frais de transport plus élevés.