RTBFPasser au contenu

Regions Liege

La filiale liégeoise de Van Ganzewinkel veut museler la contestation syndicale

La filiale liégeoise de Van Ganzewinkel veut museler la contestation syndicale
22 avr. 2016 à 15:491 min
Par Michel Gretry

La société Recydel, installée à Wandre, désosse, chaque année près de 200.000 réfrigérateurs. Elle prépare également au recyclage plusieurs autres types d'appareils électroniques, démontés, pour en valoriser les composants.  Des particules métalliques flottent dans l'atmosphère de l'usine. Depuis plusieurs années, la FGTB dénonce le manque de précaution, et les dangers pour la santé des ouvriers. Un organisme indépendant vient de dresser un rapport: certes, les taux de plomb des prélèvements sanguins des travailleurs se situent en dessous des valeurs maximales autorisées. Mais il est recommandé de procéder à une analyse de risques approfondies.

C'est le moment choisi par la direction de Recydel pour annoncer qu'elle n'a pas l'intention de conserver à l'avenir, une délégation syndicale. Le motif, c'est la convention collective 142.01, qui prévoit, dans le secteur de la récupération, un seuil de 50 salariés pour organiser des élections sociales. La firme se situe juste en-deça : 32 sous contrats, plus 15 intérimaires.

L'an passé, la société Recydel avait déjà voulu licencier pour faute grave un représentant de la FGTB, ce que le tribunal a refusé, puis elle a déposé à son encontre une plainte pour vol, un dossier que la justice n'a pas encore tranché

La FGTB ne décolère pas: elle accuse la société Recydel de vouloir échapper à la vigilance de son personnel quant à la toxicité de l'environnement de travail. Elle se contente, en effet, de conseils de base:  ne pas manger, ne pas boire, ne pas fumer sur le site. Or, la société Recydel, qui reçoit des subventions pour la mise à l'emploi de précaires, compte parmi ses actionnaires, non seulement le groupe hollandais Van Ganzewinkel, mais également des entreprises publiques, comme l'intercommunale Intradel.

De ce côté, l'heure est plutôt à apaiser les polémiques. Selon Intradel, il aurait certes été préférable de garder une délégation syndicale au sein de Recydel, mais globalement, la situation est dite sous contrôle. La firme a amélioré ses finances, et dispose désormais de moyens pour investir, notamment dans la sécurité.

 

 

Articles recommandés pour vous