La famille Abdeslam introduit une demande de déménagement auprès de la commune de Molenbeek

Le numéro 30 de la place Communale, où habitent les Abdeslam.

© EMMANUEL DUNAND - AFP

27 févr. 2016 à 11:19 - mise à jour 27 févr. 2016 à 11:19Temps de lecture2 min
Par K. F.

La famille Abdeslam a introduit une demande de mutation afin de pouvoir quitter son logement du 30 de la place Communale à Molenbeek. Une demande qui, si elle est acceptée par l'administration, leur permettra de résider dans une habitation et un quartier plus calmes et moins médiatisés. La forte pression dans le centre historique leur serait devenue insupportable.

Le numéro 30 de la place Communale

Peu après les attentats du 13 novembre, le numéro 30 de la place Communale est devenu l'adresse la plus scrutée d'Europe voire du monde. Les médias de la planète entière ont voulu filmer et photographier l'habitation de deux des terroristes de Paris: Brahim Abdeslam, qui s'est fait exploser près du Comptoir Voltaire et Salah Abdeslam, membre du commando (probablement mené par Abdelhamid Abaaoud) et aujourd'hui en fuite. Le lieu a été présenté sur toutes les chaînes, dans tous les journaux. Et l'un de ses occupants y a pris la parole. Mohamed Abdeslam, frère de Salah et Brahim, avait improvisé une conférence de presse afin d'expliquer sa non-implication dans les attentats et son souhait que la presse laisse sa famille tranquille.

Sauf que plus personne ne peut ignorer l'adresse, un bâtiment appartenant d'ailleurs à la commune. C'est en 1998 que les Abdeslam y ont emménagé. Aujourd'hui, ils veulent quitter les lieux. Leur demande de mutation est à l'analyse et une commission d'attribution apolitique doit encore y donner suite. Mais comme pour tout locataire dans un bien communal molenbeekois, "nous devons voir si les conditions d'octroi sont respectées", précise Karim Majoros (Ecolo), échevin du Logement, qui ne veut absolument pas aborder le cas de la famille Abdeslam.

Une circonstance extérieure

Quelles sont ces conditions? Les revenus du ménage qui ne doivent pas dépasser un certain plafond; voir si le ménage n'est pas déjà propriétaire d'un bien; le respect de l'état du logement actuel; l'absence d'un arriéré locatif ou de dettes... Ce ne sera qu'après analyse profonde du profil de la famille, comme lors de chaque fin de bail, qu'une décision tombera. Encore faudra-t-il pouvoir proposer aux demandeurs un logement adapté à la composition du ménage et que la Région bruxelloise avalise la décision.

Molenbeek prévoit une clause permettant un déménagement dans le cadre d'une circonstance extérieure et d'une force majeure (incendie, inondation, effondrement...). Le dramatique contexte dans lequel baigne la famille Abdeslam pourra-t-il être pris en compte? Réponse dans les prochains jours.

 

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous