Regions Liège

La Fabrique Nationale de Herstal "se diversifie" dans les cartes électroniques

Une salle sous atmosphère contrôlée, au cœur du site historique de l’usine herstalienne

C’est un investissement de quatre millions, bâtiment compris, et selon le patron de la FN, il marque une rupture : l’entreprise herstalienne est désormais en capacité de produire en interne ses cartes électroniques. Comme l’explique Igor Kapka qui dirige le "département systèmes", "cette ligne de production peut produire soit des prototypes, soit de petites séries de cartes électroniques ; c’est-à-dire jusqu’à dix mille pièces, ce qui correspond généralement à un carnet de commandes pour un véhicule militaire, et pour un avion c’est moins et un hélicoptère encore moins, et ça nous donne une indépendance, une autonomie qui est fondamentale : de nos jours la concurrence est planétaire, et pour résister, faire du sur-mesure est crucial, car les clients souhaitent souvent des adaptations sur l’un ou l’autre de nos produits, et si nous pouvons dire que nous pouvons le faire en deux mois, nous avons le marché !"

La Fabrique Nationale peut désormais produire en interne ses cartes électroniques: un atout

Et ce nouvel outil constitue une sorte de début de diversification : il répond à des normes très hautes, qui l’autorisent à travailler en dehors du secteur de la défense, pour le spatial, l’aéronautique ou le médical. La diversification est l’une des missions que le conseil d’administration, à la fin de l’an dernier, a assignées au nouvel administrateur délégué Julien Compère, qui confie qu’il ne faut pas s’attendre à des raquettes de tennis ou des planches à voiles, comme lors de précédentes tentatives qui ont échoué, mais plutôt à des élargissements de compétences à utiliser en dehors du champ de l’industrie militaire.

Articles recommandés pour vous