RTBFPasser au contenu
Rechercher

On n'est pas des pigeons

La dramatique réalité derrière les arbres à canettes

03 mai 2021 à 08:01Temps de lecture2 min
Par On n'est pas des pigeons

Ils fleurissent un peu partout le long de nos routes. Ils rivalisent tous d’originalité. Derrière l'expression poétique Arbres à canettes se cache une réalité qui l’est beaucoup moins.

Des canettes ... mortelles

Les vaches et les chèvres de l'agriculteur, Monsieur Gomand, n’ont heureusement pas encore ingéré de canette mortelle, mais la crainte est omniprésente. Car oui, une canette ingérée par un animal peut provoquer son décès

Les coûts pour éviter le pire sont importants

En effet, à peu près toutes les machines ont du être équipées d’aimants. Avec des détecteurs de métaux, qui permettent de bloquer instantanément le travail. 

A côté des investissements en matériel, il y a le temps perdu

On interrompt tout le chantier, ça a un coût évidemment important.

Cela coûte à Laurent Gomand non seulement de l'argent, mais surtout du temps précieux. Il décrit sa situation: "Ce sont des chantiers qui roulent. Les entrepreneurs, on les paie à l’heure. Un chantier, il y a du matériel qui suit, des remorques, des tracteurs, des bennes, un bull qui tasse sur le silo."

Du temps perdu aussi à ramasser les canettes

Un grand nombre de canettes finissent aussi dans les champs et les prairies. Malgré les investissements dans le matériel de détection, monsieur Gomand doit aussi s’atteler au ramassage.

Il reste des parties de canettes dans les ensilages, dans les herbes...

"On passe du temps à ramasser les canettes qui sont là sur le bord de nos champs", continue-t-il d'expliquer. "Tout n’est pas capté, donc il reste malheureusement des parties de canettes dans les ensilages, dans les herbes, dans ce que les animaux ingèrent. "

Donc, à ce titre, il en appelle au plus grand respect de tous les citoyens et demande qu'ils ne jettent plus de canettes dans les champs. 

Des canettes jonchent aussi les bords de routes et autoroutes

D’autant plus que des déchets en bordure de route, il y en aurait de plus en plus. Des ramasseurs professionnels nous le confirment: pour eux, c’est de pire en pire.

Ils croisent sur les bords de route toujours plus de détritus, jetés volontairement ou tombés d’une remorque.

Pour les canettes, il y a peu de doute. Très probablement, elles ont consciemment été jetées.

Romain Henrion, ouvrier dans une entreprise de parcs et jardins, décrit son quotidien: "Tous les jours, on retrouve des canettes. Il y en a beaucoup plus dans les échangeurs. Et après les stations surtout et sinon, sur les côtés, il y en a beaucoup aussi."

A la fin, tout le monde paie

Ce fléau nous concerne tous. Il a tout d'abord un impact certain sur le bien-être animal. Un coût financier aussi. Pour l’agriculteur, cette charge se répercute jusqu’au consommateur. Ses conséquences pour le trésor public sont assumées en fin de compte par le contribuable.

En somme, peu nombreux sans doute sont ceux qui jettent dans cette histoire, mais à la fin, tout le monde paie.


Retrouvez "On n'est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

Plus de la moitié des communes belges en faveur de la consigne sur les canettes

Articles recommandés pour vous