RTBFPasser au contenu

La diversité : la face conservatrice de la Silicon Valley

.
05 juin 2014 à 08:242 min
Par cbd

La Silicon Valley en Californie est une des régions les plus innovantes du monde. Et elle se donne volontiers une image progressiste qui a pourtant ses limites. Exemple. Apple a présenté cette semaine sa grande conférence annuelle connue sous le nom de WWDC, les initiales en anglais de Congrès mondial des développeurs. On a encore en mémoire les prestations messianiques de Steve Jobs en col roulé, jeans et baskets. Et on voit aujourd’hui, celles, plus empruntées, de son successeur Tim Cook.

Mais d’autres responsables de la firme y prennent également la parole. Le site ReadWrite a fait un relevé des orateurs depuis 2007, l’édition qui a vu la présentation du premier iPhone. Selon son comptage, sur 57 intervenants, il y a eu… 3 femmes. Et encore, il y en a une qui ne compte pas : Siri, la voix féminine de l’assistant vocal présentée il y 2 ans.

Et ça concerne aussi l’assistance. Une journaliste de FoxBusiness a posté sur Twitter une photo prise lors de l’édition de cette année. On y voit une longue file devant les toilettes " hommes " et… personne devant celles réservées aux femmes.

Mais ce déséquilibre ne concerne pas que répartition hommes/femmes. L’auteure de l’article ajoute que non seulement la plupart des intervenants mis en avant sont des hommes, mais ils sont le plus souvent blancs.

Et ça ne concerne pas seulement la firme à la Pomme. Il y a quelques jours, Google a publié son rapport sur l’état de la diversité au sein de l’entreprise. Il en ressort que 70% de tous ses employés sont des hommes et 61% sont blancs. Les chiffres à propos du management sont encore plus défavorables : 79% d’hommes, 72% de blancs. Il n’y a qu’une seule Vice-Présidente : Susan Wojcicki, responsable de YouTube.

À l’actif de Google : la prise en compte publique de cette réalité. Son Directeur des Ressources Humaines le reconnait : "Jusqu'ici, nous évitions de publier nos rapports sur la diversité. Nous avions tort, il est maintenant temps d'être sincère sur la question ". Et il confirme l’engagement de Google à recruter " les personnes les plus talentueuses et diverses du monde "

Il y a quand même des contre-exemples parmi les grands patrons de la hi-tech. En 2012, Yahoo s’est donné une présidente en la personne de Marissa Meyer. Et en février dernier, c’est Satya Nadella, un ingénieur né en Inde qui est devenu le CEO de Microsoft. Paradoxe : Yahoo, Microsoft, pas les entreprises considérées comme les plus trendy dans la sphère hi-tech, mais qui ont, sur ce point, une longueur d’avance.

MédiaTIC : la face conservatrice de la Silicon Valley (05/06/14)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous