RTBFPasser au contenu

Economie

La dette croate rejoint le groupe des investissements spéculatifs selon Moody's

La dette croate rejoint le groupe des investissements spéculatifs selon Moody's
01 févr. 2013 à 15:24 - mise à jour 01 févr. 2013 à 17:471 min
Par AFP

Moody's justifie cette décision par "l'absence de reprise économique en Croatie" et n'attend pas "d'amélioration significative alors que la croissance est structurellement entravée".

L'agence déplore aussi "l'absence de politique de réduction du déficit" dans un "contexte de difficultés économiques" ainsi que la "vulnérabilité" du pays aux chocs économiques extérieurs.

"Après quatre années de croissance faible ou de récession, l'économie de la Croatie manque toujours de nouvelles sources de croissance", détaille Moody's.

"Son modèle économique, qui a toujours reposé beaucoup sur la consommation interne et la construction (...), est en panne tandis que les blocages persistent pour l'investissement" et les exportations, ajoute-t-elle.

A Zagreb, le ministre croate des Finances, Slavko Linic, a réagi en déclarant que le gouvernement prenait "au sérieux cette mise en garde".

"Puisque deux agences, Standard & Poor's et Moody's, ont placé la Croatie dans la catégorie des investissements spéculatifs, le gouvernement va réfléchir à une révision du budget dans le courant du premier trimestre", afin de réduire les dépenses, a déclaré M. Linic.

La perspective stable signifie que Moody's n'envisage plus d'abaisser plus amplement la note car "le risque que la situation budgétaire du gouvernement se dégrade encore beaucoup est limité", explique le communiqué.

Moody's avait abaissé en mai la perspective de la Croatie. L'agence concurrente Standard and Poor's avait abaissé en décembre sa propre note pour Zagreb de "BBB-" à "BB+", invoquant des "réformes insuffisantes" et la dégradation de la situation budgétaire.

L'économie croate n'a pas connu de croissance depuis 2009 et s'est de nouveau contractée d'environ 1,1% en 2012, selon les estimations.

Le gouvernement table sur une croissance de 1,8% en 2013, mais la Banque mondiale anticipe une hausse de 0,8% du Produit intérieur brut cette année.

Le taux de chômage s'est établi en Croatie à 21,1% fin décembre 2012, son plus haut niveau depuis près de dix ans.


AFP

Articles recommandés pour vous