RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

La CSC estime la situation de la province de Hainaut préoccupante et envisage des actions

Le Gouvernement Provincial
14 déc. 2021 à 16:02Temps de lecture1 min
Par Belga

La CSC services publics estime que la situation de la province de Hainaut est assez préoccupante.  Raison pour laquelle ce syndicat entend concerter largement tant ses affiliés que les autres partenaires sociaux "dans le but d'envisager ensemble une action commune",  indique la CSC dans un communiqué.

"Il nous revient que la CGSP a déposé seule un préavis de grève pour le 16 décembre 2021 et nous déplorons l'absence de concertation entre partenaires sociaux", a indiqué la CSC. "Pour l'heure, les affiliés de la CSC dans leur majorité, estiment que cette action est prématurée".  Pour la CSC, les mesures proposées par la province "doivent encore être concertées avec les organisations syndicales".  

L'impact de la réforme des zones de secours

Depuis que l'impact budgétaire de la réforme des zones de secours sur les provinces est connu, la CSC-SP "incite les autorités politiques à entamer un recours contre la décision du Gouvernement wallon qui oblige les provinces à assumer les obligations d'un Etat fédéral défaillant".    Selon le syndicat, seule la province de Namur a, à ce jour, "pris ses responsabilités et conteste juridiquement la décision du Gouvernement wallon".    "La province de Hainaut, pourtant la plus grande province de Wallonie, se réfugie derrière le recours déposé par la province de Namur pour ne plus entamer d'action judiciaire alors qu'elle en avait décidé autrement l'été dernier".

Le syndicat souligne encore que "la province a préféré travailler seule sur un plan stratégique et a décidé de prendre des mesures qui vont lourdement impacter le personnel".  

La CSC Services Publics invite l'autorité provinciale à prendre ses responsabilités, en évitant que les travailleurs aient l'impression d'être pris en otage. Le syndicat demande aux responsables provinciaux de respecter le statut syndical et le dialogue social. À défaut, la CSC-SP, après avoir consulté ses affiliés, se réserve le droit d'entamer des actions. "L'objectif est que nous puissions réellement contribuer à la solution, dans l'intérêt des travailleurs et ne pas accepter le rôle de victimes consentantes".

Articles recommandés pour vous