RTBFPasser au contenu

Le 8/9

La Coupe du Monde au Qatar "loin des considérations purement sportives" déplore Eby Brouzakis

L'actu sport

Le 8-9: l'actu sport

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

04 avr. 2022 à 09:453 min
Par François Saint-Amand

Le coup d’envoi de la Coupe du Monde au Qatar est prévu le 21 novembre prochain mais l’événement essuie déjà son lot de critiques avant son match d’ouverture. Eby Brouzakis pointe 5 problèmes pour les amateurs du ballon rond et les supporters des Diables.

Ce 1er avril avait lieu les tirages au sort de la Coupe du Monde au Qatar. L’édition 2022 de l’événement sportif le plus suivi dans le monde promet de belles affiches mais fait l’objet de nombreuses controverses avant même son entame.

Entre droits de l’homme bafoués, primauté de l’argent sur le sport et parcours compliqué pour les Diables, ce Mondial ne réjouit pas vraiment Eby Brouzakis.

Un scandale humain et écologique

Dès son attribution en 2010 "sur base financière" déplore le journaliste sportif, et le début de la construction des stades, le Qatar a suscité la controverse. On dénombre près de 6500 morts sur les chantiers des différentes infrastructures, alors que les organisateurs n’en annoncent qu’une dizaine.

Par ailleurs, ce pays de la péninsule arabique n’est clairement pas un modèle social, culturel, ou environnemental :

  • Les Droits de l’Homme mais aussi de la femme et des minorités y sont bafoués depuis longtemps
  • L’événement se résume à un véritable scandale écologique avec ses stades entièrement climatisés construits dans un désert aride.
  • Eby Brouzakis pointe aussi l’hypocrisie de plusieurs pays qui dénoncent ces travers, mais qui participeront quand même au Mondial.
Matthew Ashton – AMA/Getty Images

L’argent prime sur le sport

Nouvelle preuve de cette Coupe du Monde qui pourrait bien être renommée 'Mondial de l’argent' : le match d’ouverture a été changé pour une raison hallucinante.

Celui-ci devait être à l’origine l’opposition entre le pays organisateur et l’Équateur. Mais le Qatar a décidé de changer le match d’ouverture qui devient Sénégal vs. Pays-Bas. Pour quel motif ? Car ce match, prévu à 13h heures locales, aura lieu en plein jour et le Qatar estime que l’on distinguera moins bien son feu d’artifice.

Les États-Unis aussi ont mis la pression pour reporter leur match à une heure de grande audience dans leur pays. Bref, pour le journaliste sportif de la RTBF, "on est très très loin des considérations purement sportives".

Des matchs pièges puis des gros morceaux

Enfin d’un point de vue belgo-centré, il y a peu de raison de s’impatienter du début de cette Coupe du Monde 2022.

Si la désillusion de 2018 était à la hauteur des attentes des supporters des Diables rouges, cette fois-ci, les chances semblent vraiment maigres de voir l’équipe nationale soulever le trophée. Le tirage au sort n’a pas vraiment été favorable à la Belgique. Elle a hérité du Canada, du Maroc et de la Croatie. Analyse des forces en présence :

  • Pour décrocher sa 2e participation au Mondial, le Canada a terminé 1er de ses qualifications devant le Mexique, les USA et le Costa Rica, trois nations qui ont toujours dominé la zone CONCACAF. Cette équipe canadienne possède plusieurs joyaux dont Alphonso Davies du Bayern Munich, Jonathan David du LOSC, Tajon Buchanan du Club de Bruges,… "C’est une équipe à ne pas sous-estimer et on n’est pas en mesure de sous-estimer qui que ce soit. A fortiori on doit vraiment faire attention parce que les Belges ont concédé vraiment beaucoup d’occasions en Irlande et contre le Burkina Faso à la maison. Même avec une équipe un peu amputée de ses stars, on en concède pas mal. Qu’est-ce qu’on va faire ? Est-ce qu’on met les vieux derrière ? Quand ils sont là, on se dit qu’il faut mettre les jeunes derrière et quand on met les jeunes, on voit que c’est un peu bancal" prévient Eby, qui rappelle que nos stars ne sont pas à leur meilleur niveau à part Kevin De Bruyne et Thibaut Courtois.
  • Le Maroc représente un vrai derby qui s’annonce très chaud vu la grande communauté marocaine en Belgique et les Belgicains que sont le Standardman Selim Amallah ou le Gantois Tarik Tissoudali. On peut ajouter aussi ses stars comme Achraf Hakimi et Hakim Ziyech.
  • La Croatie, finaliste de 2018, vieillissante certes – tout comme la Belgique – mais toujours dotée d’un des meilleurs milieux du monde, Luka Modric.

Et ce n’est pas fini : si la Belgique franchit la phase des poules, elle affrontera logiquement dans l’ordre l’Espagne ou l’Allemagne, le Brésil puis la France.

Vincent Kalut / AFP

Pour plus d’analyses et de résumés sur le sport, suivez Le regard Sport d’Eby Brouzakis, tous les lundis dans Le 8/9 sur VivaCité et sur La Une.

Sur le même sujet

06 avr. 2022 à 09:06
3 min
05 avr. 2022 à 09:26
5 min

Articles recommandés pour vous