RTBFPasser au contenu

Monde

La Côte d'Ivoire reste au bord de l'implosion

La Côte d'Ivoire reste au bord de l'implosion

Une petite chance encore pour la diplomatie : Charles Blé Goudé, le numéro 2 de Laurent Gbagbo, a renoncé à lancer ses miliciens à  l'assaut de l'hôtel du Golf où se sont installés Alassane Ouattara et son gouvernement, sous la protection des casques bleus. Il veut donner une chance au dialogue, mais il promet de remobiliser ses troupes dès demain.

Et puis Laurent Gbagbo a pris le conseil des deux avocats français, l'ancien ministre Roland Dumas et Jacques Vergès, qui préconisent un recomptage des voix par une commission d'arbitrage internationale. L'Union européenne serait invitée à en faire partie.

Aujourd'hui, place donc à la diplomatie. Déjà mandatés par la Cédéao, les trois présidents ouest africains reviennent à Abidjan.

La Cédéao, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest, avait menacé d'une intervention militaire pour contraindre Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir mais on sait qu'il s'agit d'une option en dernier recours.

L'Union africaine va aussi tenter une nouvelle médiation : le Premier ministre kenyan Rayla Odinga arrive lui aussi à Abidjan, après avoir fait le point, dimanche, avec le président en exercice de la Cédéao. L'Union africaine demande le départ de Laurent Gbagbo. Rayla Odinga s'est dit sans a priori. Il a vécu personnellement une crise semblable à celle que connaît  aujourd'hui la côte d'ivoire : c'était il ya  deux ans au Kenya, où la contestation des résultats électoraux avait entraîné un bain de sang et des violences à caractère ethnique.

 

Françoise Nice

Articles recommandés pour vous