Monde

La COP15, sommet pour la préservation de la biodiversité, en quelques chiffres

11 oct. 2021 à 15:55Temps de lecture4 min
Par RTBF

La 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies a été lancée depuis Kunming en Chine, en présence de représentants du gouvernement chinois, de la CDB et de certaines délégations. Elle se déroule parallèlement en ligne.

"Conférence des parties", c’est l’appellation officielle des Nations Unies – les parties, étant les Etats qui sont membres de la conférence. Et la COP correspond à l’organe qui est chargé de concrétiser les objectifs fixés par certaines conventions internationales.


La COP la plus connue est celle consacrée aux changements climatiques, mais il en existe d’autres (pour la lutte contre le tabac, pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles…) Celle qui démarre aujourd’hui en Chine est la convention sur la diversité biologique, dont les premiers travaux remontent au mois de novembre 1988.

Cette COP15 a été divisée en deux parties, la première se tenant jusqu’au 15 octobre. La deuxième partie est prévue du 25 avril au 8 mai 2022 en présentiel à Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, pour l’ensemble des délégations des 196 membres de la CDB. Ce format a été retenu après plusieurs reports dus à l’épidémie de Covid-19.

La communauté internationale fait face à un "moment de vérité" dans la protection de la nature, a averti lundi la secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique (CDB), Elizabeth Maruma Mrema, lors de l’ouverture de la COP15 biodiversité. "S’il y a eu des succès et des progrès, il n’y a pas eu les avancées nécessaires pour stopper la perte en cours de la diversité des plantes et des animaux sur Terre", a-t-elle ajouté depuis la Chine. "Si nous voulons atteindre la vision à 2050 de vivre en harmonie avec la nature, nous devons agir lors de cette décennie pour stopper et inverser la perte de biodiversité".

Les constats

En un demi-siècle, le nombre d’humains a été multiplié par deux, mais les animaux sont trois fois moins nombreux, et sur les 8 millions d’espèces animales et végétales recensées dans le monde, 1 million devrait être menacé d’extinction.

Selon Inger Andersen, directrice du programme des Nations-Unies pour l’environnement, êtres humains ont modifié 77% de la surface terrestre par l’agriculture, par les infrastructures, par la fragmentation, par des attentes excessives. En ce sont 87% des océans qui ont également été modifiés. "Lorsque la biodiversité est menacée, la vie des gens est menacée, ce qui signifie que le fondement même de la vie est menacé. Nous devons produire la nourriture que nous mangeons, n’est-ce pas ? Mais nous comprenons également que l’agriculture peut être un facteur de perte de biodiversité. Alors, comment pouvons-nous transformer cette agriculture pour qu’elle soit positive pour la biodiversité ? Nous avons donc maintenant une chance, en vertu de cette convention, de mettre fin à la perte de biodiversité", ajoute-t-elle.
 

Objectifs, jalons et cibles

Cette COP 15 se fixe trois objectifs principaux :
- La conservation de la diversité biologique
- L’utilisation durable de la diversité biologique
- Le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques.
Son objectif général est d’encourager les mesures qui conduisent à un avenir durable.

Un texte présenté en juillet, qui sert de base aux discussions, comprend ces grands objectifs à horizon 2050, avec dix jalons à 2030 et 21 cibles.

Ces cibles visent à qu'"au moins 30% des zones terrestres et des zones maritimes […] soient conservées grâce à des systèmes de zones protégées et d’autres mesures de conservation efficaces" ou à limiter les pollutions agricoles ou plastiques. Elles comprennent aussi un volet financier et des mesures pour suivre les engagements des Etats.

La COP 15 veut également réduire d’au moins 500 milliards de dollars par an les subventions néfastes à l’environnement.

La Chine, qui a pris lundi officiellement la présidence de la COP15, doit présenter un texte, la Déclaration de Kunming, qui donnera le ton de ses ambitions environnementales.

Le déroulement

Pékin organise un sommet en ligne les 12 et 13 octobre, avec des interventions de chefs d’Etat et de gouvernement et des ministres.
La Chine, qui a pris lundi officiellement la présidence de la COP15, doit présenter un texte, la Déclaration de Kunming, qui donnera le ton de ses ambitions environnementales.

"La Chine a fixé une ligne rouge sur la protection écologique et s’y tient", a déclaré le vice-Premier ministre chinois Han Zheng, avec 25% de son territoire hors de portée des promoteurs.

Cette convention, doit être ratifiée par les différents pays, et ils sont nombreux à l’avoir déjà fait.

195 pays, en ce compris les pays de l’Union Européenne, l’ont déjà ratifiée, autrement dit à peu près tous les pays du monde, de l’Afghanistan au Zimbabwe, et oui, la plupart l’ont fait il y a plus de 25 ans. On y trouve aussi la Corée du Nord. Mais pas les Etats-Unis.

L’Union européenne a fait savoir dans un communiqué qu’elle défendra un cadre "ambitieux, avec des objectifs mesurables et assortis d’échéance, avec des jalons et des cibles pour que tous les écosystèmes mondiaux soient restaurés, résilients et protégés de manière adéquate d’ici 2050", la protection "d’au moins 30% des terres et des océans d’ici 2030", des processus de contrôle et des financements.
 

Chine: ouverture de la COP15 sur la biodiversité

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le "no man's land" de Chypre, un havre pour la faune et la flore

Environnement

La première partie de la COP15 biodiversité s'achève avec des progrès

Monde