RTBFPasser au contenu

La Conversation

La Conversation avec Jordi Savall, gambiste aux portes des humanités

La Conversation

Jordi Savall, aux portes des humanités

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 juin 2022 à 11:5040 min
Par Camille DE RIJCK

Si le film Tous les matins du monde n’avait pas été un succès, Jordi Savall n’aurait sans doute pas trouvé ce grand canal de conversation avec ses contemporains. Il est devenu une figure du temps, un sage. Nous l’avons rencontré – simple et humble – à l’occasion d’un concert parisien.

Pourquoi, un jour, par un beau matin, un jeune violoncelliste catalan s’est-il pris de passion pour la viole de gambe ? Dans les années soixante celles-ci n’existaient pratiquement plus qu’à l’état de fossile. (Pratiquement.) Leur répertoire – la face submergée de l’iceberg – restant très vastement à découvrir. Ce dont il ne se priva pas.

Pourquoi, ce gambiste, une fois devenu l’un des meilleurs musiciens de sa génération s’est-il mis en tête de fonder un ensemble et de se passionner de musique française ; celle de Marin Marais, de François Couperin et de Monsieur de Sainte-Colombe ?

Pourquoi, ce chef d’orchestre, une fois couvert de gloire et de lauriers, s’est-il mis en tête d’abattre les frontières de ses horizons musicaux ? De s’intéresser, avec une opiniâtreté rare, aux grandes portes de l’histoire ; celles qui permirent aux civilisations de se rencontrer, à Al-Andalus ou à Istanbul ?

Comment, en somme, un musicien fait-il mission d’humanisme ? S’il n’existe pas de réponse toute faite, l’étude du destin de Jordi Savall donnera une idée relativement claire de ce grand geste d’unité. Un geste où un homme est un homme et où les musiques du monde s’entrelacent en un profond dialogue intime.

Sur le même sujet

03 août 2021 à 15:16
3 min
20 mai 2021 à 08:26
3 min

Articles recommandés pour vous