RTBFPasser au contenu

Societe

La compagne de J-P Belmondo dépose plainte contre la police

La compagne de J-P Belmondo dépose plainte contre la police
16 août 2010 à 14:191 min
Par AFP/RTBF

"Je vous confirme le dépôt" de la plainte, a indiqué Me Sven Mary, qui avait annoncé fin juillet qu'il allait poursuivre en justice "les enquêteurs belges qui ont procédé fin juin à Paris à une audition scandaleuse de M. Belmondo".

Il s'agit en fait d'une double action: la première auprès de l'inspection générale de la police fédérale, au sujet "de la tentative de ces enquêteurs de monter M. Belmondo contre ma cliente", selon Me Mary.

"La seconde est une plainte contre X" au pénal à Bruxelles "pour plusieurs motifs, dont déloyauté dans la procédure et violation du secret de l'instruction", avait-t-il ajouté.

"Une chose est d'entendre Jean-Paul Belmondo en tant que témoin, c'en est une autre de lui faire entendre des pièces de la procédure de manière à le pousser à déposer plainte contre Mme Gandolfi", a estimé Me Mary, qualifiant de "déloyal" le procédé.

L'autre accusation de la compagne de l'acteur français à l'encontre des enquêteurs belges concerne la violation du secret professionnel.

Cette offensive judiciaire fait suite à une audition fin juin par la police de Jean-Paul Belmondo comme témoin à Paris, à la demande de la justice belge, dans le cadre d'une enquête financière visant Barbara Gandolfi et l'ex-mari de cette dernière, Frederic Vanderwilt, qui réside en Belgique.

Les enquêteurs belges soupçonnent Barbara Gandolfi d'avoir utilisé l'acteur pour lui soutirer de l'argent.

Pour Me Mary, lors de l'audition à Paris, les enquêteurs belges n'ont fait entendre à Jean-Paul Belmondo que des passages tronqués d'écoutes téléphoniques de conversations entre Barbara Gandolfi et Frédéric Vanderwilt.

"Tout cela pour pousser M. Belmondo à porter plainte contre Barbara Gandolfi", a estimé Me Mary. D'où la plainte pour "tentative de faux et usage de faux, au sujet de la tentative de la police de retourner M. Belmondo contre ma cliente".

  

AFP

 

Articles recommandés pour vous