Monde Asie

La Chine a des réserves nationales de porc en cas de coup dur et elle est actuellement amenée à puiser dedans à cause de l’inflation

La Chine va puiser 200.000 tonnes de porc dans ses réserves nationales pour enrayer une flambée du prix de cette viande incontournable dans le pays

© STR

16 sept. 2022 à 11:03Temps de lecture1 min
Par AFP

Ces dernières années, on sait que les États gardent des réserves stratégiques. Des masques pour une crise sanitaire. Du gaz pour une crise énergétique. La Chine, elle, a des réserves de viande congelée, et plus particulièrement de porc. Un ingrédient que l’on retrouve à la base de l’alimentation chinoise.

Elle est amenée aujourd’hui à puiser dans ses 200.000 tonnes de réserves nationales de porc pour enrayer une flambée du prix de cette viande incontournable dans le pays. C’est ce qu’a annoncé vendredi la puissante agence de planification économique (NDRC).

Au menu d’innombrables plats, la viande de porc, qui est la plus consommée en Chine, a vu son prix bondir le mois dernier de plus de 22% sur un an, selon des chiffres officiels.

Depuis, les prix ont encore augmenté : ils étaient la semaine dernière près de 70% plus élevés qu’un an plus tôt, selon l’agence de presse officielle Chine nouvelle.

Pour stabiliser les prix et satisfaire la demande, environ 200.000 tonnes de porc congelé issues des réserves nationales seront mises sur le marché ce dimanche, a indiqué le planificateur économique.

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, la Chine est relativement épargnée par la flambée mondiale des prix dans l’alimentaire.

Un regard attentif sur les cours du porc

Mais les autorités gardent un œil attentif sur les cours du porc, depuis qu’une épidémie de peste porcine a décimé le cheptel chinois en 2019.

Le pouvoir souhaite éviter tout mécontentement populaire à l’approche d’un très sensible congrès du Parti communiste au pouvoir à la mi-octobre.

Cette grand-messe quinquennale devrait permettre au président Xi Jinping d’arracher un troisième mandat inédit à la tête du parti et donc de la Chine.

En juillet, la NDRC avait attribué la flambée des prix du porc à une "réticence irrationnelle à vendre" de certains producteurs.

Dans un contexte de poussée inflationniste dans l’alimentaire au niveau mondial, certains préfèrent attendre avant de vendre pour maximiser leurs gains.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous