Les Choix de Musiq3

La cheffe Mirga Grazinyté-Tila continue son exploration des symphonies de Mieczyslaw Weinberg

© Tous droits réservés

28 oct. 2022 à 01:56Temps de lecture1 min
Par Nicolas Blanmont

Il y a encore beaucoup de belles choses à découvrir dans l’imposant catalogue des œuvres de Mieczyslaw Weinberg, et Mirga Grazinyté-Tila n’est pas la dernière à participer à cette entreprise de réhabilitation. La cheffe lituanienne, qui avait déjà signé chez Deutsche Grammophon un bel enregistrement des symphonies 2 et 21, revient cette fois chez le même éditeur avec deux autres symphonies, plus rapprochées dans le temps mais d’esthétiques très différentes. La 3e symphonie, d’abord, terminée en 1949 et retravaillée dix ans plus tard, est écrite pour un grand orchestre et n’est pas sans rappeler Chostakovitch par certains côtés. Composée pour orchestre de chambre et clavecin (!), la Septième symphonie, datant de 1964, a presque l’allure d’un concerto grosso baroque modernisé.

Si Grazinyté-Tila a choisi avec son orchestre de Birmingham (le CBSO) pour la troisième, elle dirige par contre la Deutsche Kammerphilharmonie de Brème pour la septième, avec en outre un claveciniste de luxe en la personne du grand pianiste Kirill Gerstein. Entre les deux symphonies, on trouvera également un concerto pour flûte datant ; lui, de 1961, joué avec à nouveau Birmingham et la flûtiste Marie-Christine Zupancic.

CD Deutsche Grammophon/Universal

Ecoutez un extrait

Loading...

Tentez de remporter un exemplaire

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous