Regions Bruxelles

La chambre du conseil prolonge la détention des suspects du double assassinat à Kraainem

Les deux victimes ont été retrouvées mortes le 24 mars dernier

© © Tous droits réservés

Les trois suspects dans l'enquête sur les assassinats de Magali W. (46) et de sa fille de 17 ans Coline, le 24 mars dernier à Kraainem, ont comparu mardi devant la chambre du conseil de Bruxelles. Celle-ci a décidé de prolonger leur détention d'un mois, signale le parquet de Hal-Vilvorde mardi après-midi. Les trois intéressés nient pour le moment être liés aux faits.

Il s'agit de Pierre D., l'ancien compagnon et beau-père des deux victimes, de Beby N., un Bruxellois de 39 ans et de nationalité congolaise suspecté d'avoir tué les deux femmes sur demande du premier, et de Vincent L., un homme de 36 ans originaire de Libin, qui aurait mis en contact les deux autres suspects.

C'est Pierre D. lui-même qui avait prévenu les services d'urgence le soir-même lorsqu'il avait découvert une mare de sang dans le hall d'entrée. Les services d'urgence avaient ensuite retrouvé les corps des deux victimes. Toutes deux avaient été tuées de plusieurs coups de couteau. 

Peu après la découverte du double assassinat, le compagnon et beau-père avait été inculpé et placé sous mandat d'arrêt. Il avait alors nié être lié aux faits. La chambre des mises en accusation l'avait finalement libéré début mai. Le 2 septembre dernier, l'homme a à nouveau été arrêté et placé sous mandat d'arrêt, tout comme Beby N. Vincent L. a ensuite subi le même sort le 6 septembre.

Beby N. est entré dans le collimateur des inspecteurs lorsque son ADN a été retrouvé sur la scène du crime. Les recherches téléphoniques ont en outre montré qu'il y avait beaucoup de contacts téléphoniques entre lui, Vincent L. et Pierre D.

Ces éléments, selon les enquêteurs, indiqueraient que les trois hommes étaient impliqués dans un projet d'assassinat. Les suspects nient toutefois toute implication dans la mort des deux victimes.

Maître Dimitri de Béco, l'avocat de Pierre D., n'a pas demandé la libération de son client mardi.

"De nouvelles circonstances sérieuses sont apparues dans le dossier qui justifient son arrestation", a-t-il justifié. "Il maintient son innocence. Il n'a pas non plus fui après sa libération mais est toujours resté à la disposition du tribunal", a rappelé l'avocat. "Des devoirs d'enquête urgents vont maintenant être menés et nous devons attendre de voir comment cela évolue. Après cela, je demanderai très probablement à nouveau sa libération."

L'avocat de Vincent L. n'y voit par contre pas très clair sur les éléments constituant des indices sérieux contre son client.

Articles recommandés pour vous