RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

La Belgique est-elle prête pour la voiture électrique ? La Flandre largement en tête pour les bornes de rechargement

30 juin 2022 à 04:00 - mise à jour 30 juin 2022 à 14:34Temps de lecture3 min
Par Rachel Crivellaro avec Maurizio Sadutto

Les 27 pays de l’Union viennent de décider qu’à partir de 2035, toutes les voitures neuves devront émettre zéro gaz à effet de serre sur le territoire européen. Concrètement, cela veut dire que les véhicules électriques seront beaucoup plus nombreux sur nos routes. D’ailleurs, d’ici 3 ans, ce sera déjà une obligation pour les voitures de société.

Mais la Belgique est-elle prête ? Y a-t-il assez de bornes de rechargement ? Force est de constater qu’aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Et il existe à ce point de vue un véritable fossé entre la Flandre et la Wallonie. Reportage.

Des bornes qui se font rares en Wallonie

Nous avons suivi le périple d’Olivier Duquesne, journaliste au Moniteur de l’automobile. Il part travailler au volant de sa voiture électrique. Faute de garage et d’une prise pour la recharger, son premier souci : s’assurer que son véhicule ne va pas le lâcher. "Si je vais sur une borne de 350, à Thieu, par exemple, là en chargeant à du 210 volts, je peux récupérer en 20 minutes."

Planifier son trajet en voiture électrique est primordial pour ne pas tomber en panne.
Planifier son trajet en voiture électrique est primordial pour ne pas tomber en panne. © RTBF
Olivier au volant de sa voiture électrique.

Mais problème, ce jour-là, Olivier a rendez-vous sur le circuit de Mettet, un périple d’une soixantaine de kilomètres, entre autoroute et routes de campagne. La rareté des bornes est un problème qu’il connaît et comprend bien, particulièrement sur ce genre de route : "Au niveau de la densité de population, si un opérateur privé s’installait ici, économiquement ce ne serait pas très rentable de mettre une borne là où il n’y a pas beaucoup de personnes susceptibles de venir se recharger."

Loading...

Quand vient l’imprévu

Olivier Duquesne, journaliste au Moniteur de l'automobile.

Comme de nombreux Wallons, Olivier a besoin d’une voiture pour aller travailler. Dans une région sous-équipée en points de recharge, le moindre impondérable se transforme en course contre la montre. Olivier reçoit un appel. On lui demande d’aller à Anvers.

Pas le choix, il va falloir faire un détour pour recharger son véhicule rapidement, afin d’arriver à l’heure à son rendez-vous :"Eh bien, dans cette région-ci il n’y a pas de borne vraiment rapide. Donc il y a moyen de charger parfois mais ce sont des bornes lentes. Donc, il faut avoir le temps, une heure, deux heures, trois heures, quatre heures… Et la première borne rapide, elle est à Nivelles."

Une borne de rechargement rapide. Encore plutôt rare en Wallonie.

Cap sur Anvers donc, via un détour par Nivelles, à la recherche du Graal : le super-chargeur !

"Ces bornes, ce sont les plus rares." explique-t-il, "Ce sont les plus chères aussi, mais ce sont les plus pratiques ! Il y en a évidemment très peu en Wallonie. Elles sont uniquement sur les bords d’autoroute pour le moment. Et il manque encore ce genre de bornes sur les nationales…"

En Flandre, des incitants fiscaux et des bornes en abondance

Aujourd’hui, Bruxelles compte un millier de points de recharge publics et semi-publics. La Wallonie, entre 1500 et 2000 ; et la Flandre, plus ou moins 15.000. Une nette longueur d’avance

Pour comprendre pourquoi, nous avons rendez-vous dans la commune de Denderwindeke, sur le parking d’un supermarché. Steve Appelmans nous y rejoint, il est journaliste chez Autogids : "Ces bornes-là sont à 200% déductibles.", dit-il en désignant la borne qui est en train de recharger sa voiture. "Comme c’est si intéressant fiscalement, il y a beaucoup d’entreprises et de supermarchés qui commencent à investir dans des bornes publiques. Pas seulement de 60 km, parce qu’à côté il y a aussi des bornes de 11 kilomètres."

Snellader : rechargement rapide.
Snellader : rechargement rapide. © RTBF

En Flandre, chaque habitant a le droit de demander au gouvernement, si vous n’avez pas de borne à une distance de 200 ou 250 mètres de chez vous, que la ville l’installe pour vous

Une politique d’incitants financiers, y compris pour les particuliers. D’autant qu’à partir de 2025, seules les voitures de société électriques seront déductibles. "Là aussi il y a un petit subside du côté du gouvernement flamand pour vous aider à installer une borne chez vous."

Steven Appelmans, journaliste chez Autogids.

La Flandre en passe d’être quasi couverte de points de recharge, et elle ne compte pas s’arrêter là. Alors qu’en 2030, on estime qu’il y aura chez nous un million et demi de véhicules électriques en circulation. "Ce qui fait ici qu’à certains moments, en ville," explique Steve Appelmans, "chaque habitant a le droit de demander au gouvernement, municipal ou de la Région, si vous n’avez pas de borne à une distance de 200 ou 250 mètres de chez vous, que la ville l’installe pour vous."

C’est ce qu’on appelle 'le droit à la prise'.

En 2030, selon les prévisions, la Wallonie aura besoin d’au moins 30.000 points de recharge. Les pouvoirs publics wallons en sont conscients. A l’horizon 2026, on prévoit l’installation de 12.000 points de recharge au sud du pays, et 'le droit à la prise', tel que décrit plus haut, devrait également être institué le plus vite possible. D’autant qu’il a déjà fait ses preuves, comme dans la ville d’Amsterdam.

Clairement à la traîne, la Wallonie va vite devoir mettre le turbo si elle veut rattraper son retard…

Sur le même sujet

Cette application facilite la recharge de voitures électriques entre particuliers

Mobilité

Proximus envisage 15.000 points de recharge en plus pour véhicules électriques d'ici 2028

Economie

Articles recommandés pour vous