RTBFPasser au contenu

Viva Week-End

La balade de Carine : Saint-Pétersbourg

La balade de Carine : Saint-Pétersbourg

Avec ses canaux, son art et son architecture, la métropole de plus de 5 millions d’habitants, construite sur un delta marécageux de la Baltique au fond du golfe de Finlande, mérite pleinement son pseudonyme et sa reconnaissance depuis 1990 au Patrimoine mondial de l’Unesco.

 

A l’origine, Saint-Pétersbourg s’étend sur plus d’une centaine d’îles formées par les bras du fleuve Néva, ses affluents et ses canaux artificiels. Sur la rive droite, Petrograd est l’une des plus importantes terres immergées. Son principal point de repère est la forteresse Pierre-et-Paul sertie de quartiers ouvriers. Sur la deuxième plus grande île se trouve l’université de la ville.

Depuis le début de son existence, la cité russe est le centre stratégique culturel, intellectuel et scientifique du pays. En moins d’un siècle, la ville a changé trois fois de nom. Après Pétrograd de 1914 à 1924, Leningrad jusqu’en 1991, elle retrouve ensuite son nom d’origine.

 

Autre particularité de la ville, sa jeunesse ! Elle ne fut fondée qu’en 1703 par le tsar Pierre le Grand dans une région disputée depuis longtemps au royaume de Suède. Le tsar avait compris que la position lui offrirait une fenêtre vers l’Europe. Palais majestueux, cathédrales, forteresses, théâtre, résidences d’exception, … tout devait être beau et majestueux parce sa destinée était de devenir la première ville du pays et première capitale du continent.

Le dirigeant visionnaire et ambitieux voulait aussi imposer son pays comme grande puissance européenne dont il devait développer l’économie et le commerce pour atteindre son objectif. L’accroissement du port devenait aussi une priorité absolue.

Deuxième ville du pays, d’Europe et deuxième port sur la mer Baltique après Primorsk, l’objectif du tsar et de ses pairs était atteint, une des finalités d’une longue liste de réformes pour brandir le pays dans la cour des grands.

 

En raison de sa jeunesse, l’urbanisme et l’architecture de Saint-Pétersbourg est résolument moderne et esthétique. Quand on sait que la ville porta le titre de capitale de l’Empire russe de 1712 à 1917, on comprend aisément le pourquoi d’une architecture aussi grandiose et fastueuse.

 

4000 monuments, 250 musées, des centaines d’édifices… autant dire que la visite et les découvertes promettent d’être riches.

La première escale est sans conteste la forteresse Pierre-et-Paul, dans le centre,  là où la ville vit le jour. Dans cet ensemble majestueux sont réunis plusieurs bâtiments dont la cathédrale Pierre-et-Paul où sont enterrés tous les empereurs russes, la Monnaie nationale toujours en activité, la crypte grand-ducale et le Musée municipal de Saint-Pétersbourg.

 

L’eau est omniprésente dans le décor de la ville de même que les 342 ponts ! A la belle saison, les balades sur les canaux font partie des coutumes. Entre les quais de la Moika et la Fontaka ou dans le quartier de l’Amirauté qui préserve l’âme de la ville, là où les marins de la flotte impériale se retrouvaient, on comprend que la " Venise du Nord " n’usurpe pas son surnom !

 

Les longues journées interminables sont une autre particularité de la région.

Vu sa position nord sur le globe terrestre, le soleil tombe peu à l’horizon. Au solstice d’été, la nuit ne tombe plus ; une réjouissance pour les habitants de la ville et de la région qui profitent pleinement de ces " journées d’été " durant lesquelles les festivals battent leur plein.

 

Un spectacle de folklore russe au palais Nicolas termine un séjour en beauté et tradition. Ce superbe bâtiment classique est le décor d’une soirée russe traditionnelle, du repas à la musique et à la danse ! Après la visite du palais, le spectacle débutera précisément à 19h !

 

Sur le même sujet

12 janv. 2020 à 05:50
2 min
09 janv. 2020 à 05:50
1 min

Articles recommandés pour vous