Cinéma

La 37e édition du FIFF offrira une vitrine aux courts métrages le week-end

© DR

Le Festival international du film francophone (FIFF) reprendra ses quartiers du 30 septembre au 7 octobre à Namur. Parmi les nouveautés, l’événement offrira notamment une vitrine aux courts métrages le week-end, ont annoncé jeudi les organisateurs.

"Auparavant, on avait à la fois des courts métrages le week-end et l’on avait aussi des courts métrages qui étaient diffusés avant les longs. Nous nous sommes rendu compte que les habitudes des spectateurs étaient un peu différentes", explique Nicole Gillet, la déléguée générale du festival.

Parfois, les courts métrages étaient mal perçus par ceux qui venaient voir le long ; ou ceux qui venaient voir du court n’avaient pas toujours envie de le voir avant un long.

Pour cette 37e édition, le nombre de courts a donc été augmenté et concentré sur deux jours. "On invite tous les réalisateurs et réalisatrices de courts en compétition le week-end. On organise la remise des prix dans cette catégorie le dimanche 2 octobre et le palmarès sera projeté après que le jury ait livré les résultats", précise Mme Gillet.

Seuls deux courts métrages feront office d’exception à cette nouvelle organisation et seront projetés avant les films d’ouverture et de clôture.

"La débandade" de Fanny Dussart sera ainsi proposé le vendredi 30 septembre, juste avant "L’innocent" de Louis Garel (sélectionné en compétition), qui sera présent en personne à Namur. "Pour la France" de Rachid Hami refermera quant à lui le FIFF. Le long métrage sera précédé du court "Les enfants de Bohème" de Judith Chemla.

Loading...

Au total, 12 longs métrages sont sélectionnés en compétition officielle. Outre "L’innocent", "Arsenault & Fils" de Rafaël Ouellet (Québec), "Father’s day" de Kivu Ruhorahoza (Rwanda), "Les amandiers" de Valeria Bruni Tedeschi (France/Italie) ou encore "Retour à Séoul" de Davy Chou (France/Allemagne/Belgique/Qatar/Corée du Sud) concourent notamment. De plus, 10 films sont retenus dans la catégorie des premières œuvres.

Le festival du film de Namur présentera de plus de nombreux films en exclusivité parmi lesquels "Les engagés" d’Emilie Frèche (France), "Les grands seigneurs" de Sylvestre Sbille (Belgique), "Le pharaon, le sauvage et la princesse" de Michel Ocelot (France/Belgique) ou encore "Vous n’aurez pas ma haine" de Kilian Riedhof (France/Allemagne/Belgique).

"Nous avons remarqué, après la sélection des films, que cette année de nombreux films renvoyaient à la thématique de la parentalité", précise encore Nicole Gillet au sujet de cette 37e édition. "Il y a aussi une revalorisation des documentaires, dont certains sont cette fois retenus en compétition."

Loading...

En marge des projections, des conférences et rencontres sont également prévues au programme. Michel Ocelot, à qui l’on doit notamment "Kirikou et la Sorcière", proposera ainsi au public de redécouvrir les histoires derrière ses œuvres lors d’une rencontre inédite. Henri de Gerlache invitera quant à lui à réfléchir sur l’amélioration du monde et la protection de la planète via son documentaire "Sœurs de combat", autour duquel une conférence sera organisée. La musique de films sera aussi mise à l’honneur par le biais d’une rencontre avec Uèle Lamore, compositrice et chef d’orchestre.

 

Toutes les infos et la programmation sont à retrouver sur le site du FIFF.

Articles recommandés pour vous