RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

L'université de Liège vient de numériser les carnets d'André Cools

Quarante-et-un carnets d'une centaine de pages chacun: près de quinze années au coeur du pouvoir
28 janv. 2019 à 15:54 - mise à jour 28 janv. 2019 à 15:54Temps de lecture1 min
Par Michel Gretry

Les notes personnelles d'un vice-premier ministre, d'un président de parti, d'un président de parlement, voilà une mine d'or pour les historiens et les politologues. Quand elles ont été écrites au jour le jour, parfois minute par minute, au cours de négociations au sommet de l'état belge, elles contiennent de précieux renseignements pour comprendre les rapports de forces...

L'université a donc reçu 41 de ces "carnets d'André Cools". Ils couvrent une période qui commence en 1969, et qui s'achève en 1985. Ils ont été transmis par Philippe Moureaux, qui en a été dépositaire, dès le milieu des années quatre-vingts, lorsque le maître de Flémalle a renoncé à son pied-à-terre bruxellois, et en a déménagé ses archives. Ces précieuses pages ont été numérisées, et elles sont mises à la disposition des chercheurs.

Pour le professeur Pierre Verjans, conservateur de ce nouveau fonds, pas question de laisser un libre accès de n'importe quoi à n'importe qui: "Tout est très lisible: c'est rédigé à la main, d'une écriture régulière, de quelqu'un qui a été dans une bonne école primaire; c'est d'un intérêt parfois local, parfois national: c'est la retranscription, en continu, de réunions et de rencontres, parfois avec de simples citoyens de sa commune, pour régler des questions de voisinage, parfois pour former un gouvernement ou pour élaborer une réforme institutionnelle..." Le ton est très franc: il faut savoir que ces carnets ont servi d'armes de stratégie politique: exhibés, parfois, au cours de pourparlers, pour confondre un contradicteur pris en flagrant délit de mensonge, de revirement ou de reniement....

En juin 2001, à l'occasion du dixième anniversaire de l'assassinat du maître de Flémalle, "Chronique d'une enquête" propose un portrait de l'homme, et de ses rapports au pouvoir

Cools, ses "dossiers", ses "carnets"

Une évocation, par Christine Leenaerts

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Mobile, commanditaires… 30 ans après l’assassinat d’André Cools à Liège, une part de mystère demeure

Grands angles

Articles recommandés pour vous