RTBFPasser au contenu

Matin Première

L'Union européenne et les jeunes : je t'aime, moi non plus ?

L'oeil sur l'Europe

Les jeunes et l’Europe, je t’aime moi non plus ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 janv. 2022 à 10:203 min
Par L'oeil européen d'Olivier Hanrion

Comme pratiquement chaque année, l’Union européenne a choisi de mettre un thème sous les projecteurs et cette année les jeunes sont à l’honneur.

Un petit peu comme dans l’horoscope chinois. A chaque année son thème. L’année dernière, c’était l’année européenne du rail. Il y a 10 ans en 2012, c’était l’année des vieux. Ou plutôt l’année européenne du vieillissement actif, c’est plus correct. Et sans doute par souci d’équilibre par rapport à 2012, 2022 marquera l’entrée dans l’année européenne de la jeunesse.

 

Comment sont choisis ces thèmes de ces années européennes ?

La Commission européenne propose, le Parlement et le Conseil disposent – et donnent leur feu vert. Il faut que le thème suscite le débat, fasse évoluer les mentalités et peut être aussi pour cette année en particulier, qu’il envoie un signal fort à une partie de l’opinion. En l’occurrence les jeunes. Avec le Covid, ça fait deux ans qu’on leur demande de garder les distances, de rester confiné, de faire l'école à la maison, de se faire vacciner pour protéger leurs parents, leurs grands-parents. Au final ce sont eux qui payent le prix fort de cette pandémie. Les chiffres le montrent. Ils ont plus de mal à accéder à l’emploi à la sortie des études et ils sont plus que quiconque victimes de détresses psychologiques. L’année européenne de la jeunesse, c’est donc une façon de leur dire, l’Europe est avec vous.

 

Au-delà du coup de projecteur, est-ce que les jeunes sont vraiment au cœur des intérêts de l’Union européenne ?

Jacques Delors disait que l’Europe ne se fera pas si les jeunes ne voient pas en elle un projet collectif et une représentation de leur propre avenir.  Jusqu’à présent ces jeunes ont une image encore positive de l’Europe. Pour eux, ca représente la liberté de voyager, de travailler, d’étudier et le programme d’échange Erasmus a certainement beaucoup contribué à cette image positive. En 35 ans, plus de 10 millions de jeunes (pas forcément des diplômés) ont pu en profiter et se confronter à d’autres cultures, d’autres langues, d’autres façons de penser.  Ils ont pu comprendre qu’ils n’étaient pas si différents de leurs voisins. C’est la base de l’Union européenne.

 

Mais Erasmus ça ne fait pas une politique de la jeunesse

Oui mais l’Europe n’a pas beaucoup d’autres leviers. En Europe, on se répartit les taches et le rayon jeunesse est plutôt entre les mains des Etats membres. Ça ne veut pas dire que l’Europe reste les bras croisés. Elle tente de coordonner le travail des 27. Elle apporte aussi des financements, c’est le cas par exemple avec la garantie jeunesse en Belgique. Ou quand la Commission propose de mieux encadrer les conditions de travail chez Uber ou Deliveroo, c’est bien les jeunes qu’elle a dans le viseur. La jeunesse est donc bien une préoccupation de l’Union européenne.

 

Peut mieux faire ?

Les jeunes veulent faire entendre leur voix. Ils l’ont démontré en défilant pour le climat de partout en Europe. Les intégrer dans la prise de décision serait un bon début. Et les choses bougent… un peu. En 2019, le Lituanien Virginijus Sinkevicius est devenu le plus jeune commissaire européen de tous les temps, à 28 ans, c’est très jeune en politique. La même année, la Danoise Kira Peter Jansen est devenue à 21 ans, la plus jeune eurodéputée. Mais ils sont un peu les arbres qui cachent la forêt.

En fait, le test grandeur nature de la prise en compte du point de vue des jeunes viendra sans doute de la conférence sur l’avenir de l’Europe. Elle se déroule en ce moment. Elle ambitionne de dessiner ce que sera l’Europe de demain. Les jeunes y sont très impliqués. Ursula von der Leyen a promis que sa Commission donnera suite à ses conclusions. On verra si les Etats membres sont sur la même longueur d’onde.

Je vous rappelle que 2022 sera aussi l’année du tigre, et selon les astrologues chinois il faudra veiller à se nourrir de paroles justes et mettre de la cohésion dans nos vies. Les décideurs feraient bien de s’en inspirer s’ils ne veulent pas que la jeunesse tourne le dos au projet européen.

 

Articles recommandés pour vous