Monde Afrique

L'Union européenne "arrête" ses formations militaires au Mali, mais reste au Sahel

© Belgaimage

11 avr. 2022 à 16:26Temps de lecture2 min
Par rtbf info avec Belga

L'Union européenne a décidé lundi "d'arrêter" ses missions de formation de l'armée et de la garde nationale au Mali, mais va rester au Sahel et se déployer dans les pays voisins, a annoncé le chef de la diplomatie européenne.

"On arrête les missions de formation des forces armées et de la garde nationale, mais nous allons poursuivre les formations sur les lois de la guerre, car il faut que les militaires sachent que la guerre a des lois et des règles du jeu", a expliqué l'Espagnol Josep Borrell à l'issue d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg.

Josep Borrell avait déjà indiqué fin mars que la junte militaire au pouvoir au Mali n'avait pas fourni les garanties nécessaires pour assurer la poursuite des missions de formation de l'UE et qu'elles allaient devoir être "recalibrées". Les commandants des missions de l'UE avaient déjà reçu l'ordre de cesser certaines formations et les entraînements. 

Le groupe Wagner

Le principal problème est la présence de mercenaires du groupe russe Wagner venus au Mali à l'appel de la junte et la collaboration d'unités de l'armée malienne à leurs activités. 

La Belgique, qui a assuré en 2016 et 2017 le commandement de la mission de formation de l'Union européenne au Mali (EUTM-Mali), "constate une dégradation rapide de la situation dans le pays, en particulier en termes de respect des droits humains ; et ce au fur et à mesure du désengagement forcé de l'UE et de ses États-membres", a commenté la ministre belge des Affaires étrangères, Sophie Wilmès. 

Il faudra se déployer dans les pays voisins, on n'abandonne pas le Sahel, au contraire, mais on ne peut pas rester au Mali en plein régime

Elle attribue notamment cette évolution à la présence du groupe Wagner. "C'est pourquoi notre pays plaide pour maintenir une présence européenne autant que possible au Mali et un soutien plus conséquent aux mécanismes judiciaires nationaux, au nom de la lutte contre l'impunité. Plus généralement, du point de vue de la lutte contre le terrorisme, la Belgique a appelé à une réflexion stratégique quant à la consolidation d'un arc de stabilité au Sud du Sahel".

"Il faudra se déployer dans les pays voisins, on n'abandonne pas le Sahel, au contraire, mais on ne peut pas rester au Mali en plein régime", a commenté Josep Borrell, en rappelant le massacre de Moura survenu à la fin mars.

Selon l'ONG Human Rights Watch (HRW), les forces armées maliennes et des soldats étrangers associés auraient exécuté sommairement environ 300 civils, dont certains étaient soupçonnés d'être des combattants islamistes, à Moura, dans le centre du Mali.

Le Mali, pays pauvre et enclavé au cœur du Sahel, a été le théâtre de deux coups d'État militaires en août 2020 et en mai 2021. La crise politique va de pair avec une grave crise sécuritaire en cours depuis 2012 et le déclenchement d'insurrections indépendantiste et djihadiste dans le nord.

Sur le même sujet

La France remet au Mali sa base militaire à Gossi

Monde Afrique

Mali : un hélicoptère de l'armée tire "à proximité" de Casques bleus britanniques

Monde Afrique

Articles recommandés pour vous