RTBFPasser au contenu

Monde

L'Ukraine toujours pas convaincue de signer un accord d'association

L'Ukraine toujours pas convaincue de signer un accord d'association
28 nov. 2013 à 23:04 - mise à jour 29 nov. 2013 à 05:572 min
Par Belga News

"Malheureusement, il semble que les arguments" en faveur de la signature "n'aient pas atteint le président". "Jusqu'à présent, les positions n'ont pas changé", a-t-elle ajouté à l'issue d'un dîner des chefs d'Etat et de gouvernement des Etats de l'UE et des six anciennes républiques soviétiques membres du Partenariat oriental.

"Les Etats membres ont une nouvelle fois écouté les arguments du président ukrainien" Viktor Ianoukovitch. "Malheureusement, il ne parlait pas de l'accord, pas de la signature, mais des problèmes économiques de l'Ukraine", a expliqué Dalia Grybauskaité.

Le Benelux exprime ses regrets

"Il voulait que ces problèmes soient résolus ensemble par l'UE et par la Russie", a-t-elle ajouté, alors que Viktor Ianoukovitch a proposé la semaine dernière qu'un accord d'association avec l'UE soit discuté à trois entre Kiev, Bruxelles et Moscou. Cette demande a été rejetée par l'UE, qui défend le caractère bilatéral de ses accords d'association.

"La Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg regrettent que l'Ukraine suspende les négociations", mais "Kiev doit savoir que l'Union européenne ne ferme pas la porte à des relations plus intenses", a déclaré le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker au nom du Benelux. Le Premier ministre belge Elio Di Rupo était lui aussi présent à Vilnius.

Censé contribuer à la modernisation politique et économique de ce pays de 46 millions d'habitants, l'accord comporte un important volet commercial permettant l'ouverture du vaste marché européen.

Mais Kiev, qui reste très dépendant de la Russie pour ses exportations et ses livraisons de gaz, a préféré renoncer la semaine dernière face aux menaces russes.

Jeudi soir, dès son arrivée à Vilnius, M. Ianoukovitch avait rencontré pendant plus d'une heure les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et de la Commission, José Manuel Barroso, avant le dîner.

L'UE affirme sans relâche que l'accord est non seulement toujours "sur la table" du sommet, mais qu'il le restera après, en suggérant qu'il pourrait encore être signé dans les prochains mois, notamment lors du sommet UE-Ukraine prévu en février 2014.

Mais pour l'heure, les Européens risquent de devoir se contenter à Vilnius de parapher deux accords d'association, avec la Géorgie et la Moldavie. La signature définitive n'est pas attendue avant quelques mois.


Belga

Articles recommandés pour vous