RTBFPasser au contenu

Monde

L'UE espère l'entrée en vigueur du libre-échange avec l'Ukraine sans rétorsion des Russes

L'UE espère l'entrée en vigueur du libre-échange avec l'Ukraine sans rétorsion des Russes
27 nov. 2015 à 17:49 - mise à jour 27 nov. 2015 à 17:491 min
Par Belga

L'Union européenne a manifesté vendredi sa volonté de voir entrer en vigueur au 1er janvier prochain son accord de libre-échange avec l'Ukraine sans qu'il n'y ait de mesures de rétorsion de la part de la Russie.

Moscou combat avec véhémence cet accord de libre-échange qui va soustraire encore davantage l'Ukraine à son influence, jugeant qu'il sera néfaste pour l'économie russe.

Une vingtaine de réunion

Les Européens ont organisé depuis novembre 2013 une vingtaine de réunions avec la Russie et l'Ukraine dans l'espoir d'apaiser ces craintes.

La dernière réunion au niveau ministériel avant l'entrée en vigueur de la zone de libre-échange doit avoir lieu mardi à Bruxelles.

"Pour le moment, nous avons pour objectif que l'accord de libre-échange entre l'Ukraine et l'UE entre en vigueur au 1er janvier et nous voulons être sûrs qu'il n'y ait pas de représailles russes", a déclaré vendredi la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström.

"Il y a une volonté de notre part de coopérer avec la Russie, mais la Russie doit accepter que l'accord entre en vigueur sans qu'elle ne fasse de représailles", a ajouté Mme Malmström, qui s'exprimait en marge d'une réunion à Bruxelles.

Menaces russes

La Russie, qui applique jusqu'à présent un régime douanier préférentiel à l'Ukraine, menace d'introduire en représailles un embargo sur les importations alimentaires ukrainiennes, et cela dès le 1er janvier 2016, soit la date prévue de l'entrée en vigueur de l'accord UE-Ukraine.

Son objectif, comme l'a encore expliqué à la mi-novembre le ministre russe de l'Economie Alexeï Oulioukaïev, est de "défendre son marché contre l'arrivée incontrôlée de marchandises de pays tiers, en premier lieu de l'Union européenne, via le territoire ukrainien".

L'issue de des ultimes pourparlers pourrait avoir des répercussions sur le conflit avec les rebelles prorusses soutenus par Moscou dans l'est de l'Ukraine, qui a fait plus de 8000 morts depuis mai 2014.

Articles recommandés pour vous