RTBFPasser au contenu

Belgique

L. Onkelinx: "Une enveloppe prévue pour des augmentations salariales"

L. Onkelinx: "Une enveloppe prévue pour des augmentations salariales"
20 nov. 2012 à 07:353 min
Par Julien Vlassenbroeck

"J’ai lu certains titres de presse qui annonçaient le gel des salaires. Ce n’est évidemment pas exact", a immédiatement tenu à préciser la vice-Première au micro de Bertrand Henne.

"Je voulais justement que tous les salariés puissent obtenir l’adaptation de leur salaire", autrement dit, que l’on ne touche pas à l’index.

"En 2013, les salaires comme les pensions et les allocations sociales vont être augmentés d’environ 2%", rassure donc la ministre socialiste. "Toutes les augmentations barémiques seront octroyées mais en plus de cela,  nous avons décidé que la modération ne devait pas toucher les bas salaires et qu’au contraire les salaires bas et moyens devaient pouvoir augmenter. Donc on a mis sur la table une enveloppe budgétaire pour avoir des augmentations salariales", assure-t-elle.

"Nous demandons aux partenaires sociaux de la modération pour les deux ans qui viennent"

Cependant, il y aura bien "un rattrapage de la différence dans l’évolution des salaires entre la Belgique et ses voisins (France, Allemagne, Pays-Bas) pour que le ‘handicap salarial’ s’estompe petit à petit". "Nous avons voulu travailler sur la compétitivité pour attirer de l’emploi et de l’activité et donc, nous demandons aux partenaires sociaux de la modération pour les deux ans qui viennent", lance l’élue schaerbeekoise.

"On a fait un travail de bénédictin pour, dépense par dépense, voir comment on l’on pouvait réduire le déficit, avec des recettes nouvelles", annonce Laurette Onkelinx. "On a été prendre dans les intérêts notionnels, dans les bénéfices que font de grosses holding sans payer d’impôts, c’est une certitude et nous avons voulu faire ce travail-là sans toucher au pouvoir d’achat de la population car c’est aussi ça qui permet la relance, la confiance que notre propre population peut avoir dans son économie", explique la ministre.

En résumé, l'invitée de Matin Première assure que des "moyens budgétaires très importants ont été mis en œuvre pour diminuer le coût du travail, sans handicaper les salaires".

Pas de suppression de jour de congé et pas d'augmentation de TVA

La ministre des Affaires sociales s'enorgueillit d'avoir "préservé le pouvoir d'achat des gens", sans saut d'index, sans suppression d'un jour de congé légal et sans augmentation de la TVA (mesures qui ont toutes été envisagées à un moment ou l'autre de la négociation.

Au niveau de la régulation financière, "la séparation des banques d'affaires et de dépôt" ferait partie de l'accord, tout comme le fait que les banques soutenues par l’État ne puissent pas attribuer de bonus, précise-t-elle.

"La majorité sort renforcée de cet accord"

Quant à savoir si les tensions et les difficultés rencontrées durant ces longues négociations budgétaires vont laisser des traces dans la majorité, Laurette Onkelinx pense au contraire que cela va renforcer la coalition.

"Je crois que cela va souder cette majorité", déclare-t-elle. "Nous sommes passés par des moments difficiles, nous nous sommes expliqués en profondeur, nous avons discuté un temps interminable, mais on sort avec trois grands accords: budget, banque et compétitivité-emploi", fait-elle remarquer. "Quand on passe par des épreuves difficiles et que l’on obtient un accord, cela soude toujours", considère cette négociatrice expérimentée.

Pour Joëlle Milquet, les "mesures qui fâchent ont été évitées"

Pour la vice-première ministre et ministre cdH de l'Intérieur, Joëlle Milquet, les négociations ont accouché d'un "budget sérieux et équilibré". Les "mesures qui fâchent" (gels de salaires pluriannuels, sauts d'index) ont été "évitées" tandis que l'exercice a permis de dégager pour 400 millions d'euros de mesures de relance, ce qui en 2013, fait même 600 millions.

Le budget permettra d'assurer la compétitivité des entreprises et garantira l'évolution des salaires en tenant compte des acteurs de la concertation sociale, s'est encore félicitée Joëlle Milquet.

Les engagements européens sont respectés, selon Didier Reynders

Autre vice-premier ministre à saluer l'aboutissement des négociations, le MR Didier Reynders. Le ministre des Affaires étrangères s'est réjoui ce mardi que l'issue des négociations ait permis de "respecter les engagements européens". Selon le chef de file libéral, il s'agit d'un exercice complet, budgétaire et de relance.

Il s'attaque au coût du travail, salarial mais aussi énergétique, et permet de toucher à la loi de compétitivité. Enfin, il entraîne des réductions de dépenses et accouche de mesures non budgétaires.

Julien Vlassenbroek avec Belga

Articles recommandés pour vous