RTBFPasser au contenu

L'Inter mis en cause au procès du "Calciopoli"

L'Inter mis en cause au procès du "Calciopoli"
04 déc. 2009 à 15:021 min
Par Belga/RTBF

Selon Rosario Coppola, cité par l'agence Ansa, tous les clubs, et en particulier ceux qui "avaient davantage de poids", tentaient d'obtenir des faveurs auprès des arbitres.

Jusqu'à aujourd'hui, l'Inter, qui a raflé tous les titres de champion depuis que le scandale a éclaté, n'avait cependant pas été mis en cause.

Toutefois, selon Rosario Coppola, le club milanais aurait au moins une fois fait pression sur lui afin qu'il "adoucisse" son témoignage devant les instances disciplinaires suite à l'exclusion du défenseur colombien de l'Inter, Ivan Cordoba, coupable d'avoir donné un coup à un adversaire lors d'un match de championnat contre Venise au cours duquel il avait officié.

Une pression indirecte via l'ex-responsable de la désignation des arbitres assistants, Gennaro Mazzei.

"Mazzei m'a appelé (...), a-t-il narré. Il y avait un appel de l'Inter pour obtenir une diminution de la suspension (de Cordoba). J'aurais dû dire que plus qu'un coup il s'agissait d'une bousculade. Mais je n'ai pas changé ma version (du témoignage) et, à partir de là, je n'ai plus jamais arbitré en Serie A".

Au printemps 2006, plusieurs milliers d'écoutes téléphoniques avaient révélé que plusieurs dirigeants de clubs, de la Fédération ainsi que des personnes chargées de désigner les arbitres avaient participé à la manipulation du déroulement de plusieurs dizaines de matches, notamment en faveur de la Juventus.

Le "Calciopoli" a déjà donné lieu à des sanctions de la justice sportive en 2006. La Juve avait notamment été reléguée en Serie B avec 9 points de pénalité, tandis que la Fiorentina, la Reggina, l'AC Milan et la Lazio avaient pu rester en Serie A avec respectivement 15, 11, 8 et 3 points de pénalité.

 

Belga

Articles recommandés pour vous