L'info sur Abdeslam niée à cause d'un conflit entre le chef de corps et son inspecteur?

Le chef de corps Yves Bogaerts, et les bourgmestres de Malines, Bart Somers, et de Willebroek, Eddy Bevers, lors d'une conférence de presse ce samedi.
15 mai 2016 à 13:34 - mise à jour 15 mai 2016 à 13:34Temps de lecture1 min
Par Belga

L'information potentiellement cruciale à propos de (l'entourage de) Salah Abdeslam dont disposait la police de Malines-Willebroek, n'a pas été prise au sérieux par le chef de corps, Yves Bogaerts, parce qu'il était en conflit avec l'inspecteur qui avait récolté le tuyaux, écrit l'hebdomadaire Knack dimanche sur son site internet.

Selon Knack.be, Yves Bogaerts n'appréciait pas que l'inspecteur ne révèle pas toujours la source de son information. L'homme serait entre-temps depuis un an en congé de maladie à cause du conflit, mais transmet encore, en tant qu'expert en radicalisation, de temps en temps des informations à ses collègues. C'est sur base d'un tuyaux qu'il a envoyé fin novembre qu'un rapport d'information a été dressé à propos d'Abid Aberkan, qui résidait à l'adresse où Salah Abdeslam a été arrêté le 18 mars.

Le Comité P enquête actuellement pour comprendre pourquoi ce rapport d'information n'a pas immédiatement été introduit dans la banque de données générale de la police. Selon le bourgmestre de Malines Bart Somers, l'enquête serait presque bouclée. Bart Somers veut attendre le rapport du Comité P et ne fera donc plus de nouvelles déclarations dans cette affaire. Fin mars, il avait exprimé son soutien au chef de corps, qui affirmait n'avoir retenu aucune information cruciale.