L'identité révélée de la 'Vénus Hottentote'

Moulage du visage de Sarah Baartman, surnommée la Vénus Hottentote, du musée de l'Homme à Paris

© © Tous droits réservés

08 sept. 2017 à 17:35 - mise à jour 08 sept. 2017 à 17:35Temps de lecture1 min
Par Ghizlane Kounda

Au 19ème siècle, elle était exhibée comme bête de foire, à Londres et à Paris. Après sa mort, ses organes ont été disséqués puis exposés au public. Ses formes généreuses, lui avaient valu le surnom de ‘Vénus Hottentote’.

En réalité, qui était-elle ? Elle s’appelait Sarah Baartman. François-Xavier Fauvelle, a mené une enquête fabuleuse sur elle et sur les Khoekhoe, la tribu dont elle est originaire. C’est le sujet de son dernier livre, 'A la recherche du sauvage idéal' publié au Seuil. Il viendra nous en parler.

Dieudonné Wamu Oyatambwe, politologue

Quel contre-pouvoir en RDC ?

Aujourd’hui, de quoi est constituée l’opposition en République démocratique du Congo ? Quel est son poids et sa force, face à un président déterminé à verrouiller le jeu politique ?

Joseph Kabila est toujours au pouvoir, alors que son deuxième et dernier mandat a pris fin le 19 décembre 2016. Les élections ont été reportées deux fois : initialement, elles devaient se tenir l’an dernier, ensuite elles ont été programmées pour la fin de 2017, comme le prévoyait l’accord du 31 décembre. La société civile réclame depuis des mois un calendrier électoral. La crise politique, sociale, économique et sécuritaire s’éternise.

Pour Denis Mukwege, médecin chef à l’hôpital de Panzi, la solution est le soulèvement populaire, aux risques et périls des congolais.

On en parle avec Dieudonné Wamu Oyatambwe, politologue, auteur du livre ‘De Mobutu à Kabila’ (L’Harmattan).

Uhuru Kenyatta et Raila Odinga, candidats à l'élection présidentielle du 8 août qui a été annulée et à celle du 17 octobre 2017

Au Kenya, l’économie souffre du second scrutin

Les petits commerçants vivent mal le climat de tensions politiques. Leurs affaires tournent au ralenti depuis des mois. Le 1er septembre la cour suprême a annulé l’élection présidentielle du 8 aout, et invalidé la victoire d’Uhuru Kenyatta. Les juges ont pointé des irrégularités dans la transmission des résultats. Le nouveau scrutin est fixé au 17 octobre.

Reportage et analyse de notre correspondante Laure Broulard.

Articles recommandés pour vous