RTBFPasser au contenu

BD - Accueil

L'homme qui tua Lucky Luke

L'homme qui tua Lucky Luke
12 avr. 2016 à 08:46 - mise à jour 12 avr. 2016 à 08:462 min
Par Denis Marc

 

Un coup de feu retentit. Quelqu’un vient d’abattre un homme d’une balle dans le dos. Au sol, la victime est allongée dans la boue, tandis que son assassin se vante d’avoir tué la légende, Lucky Luke est mort… Quelques jours plus tôt, il arrivait dans la très boueuse Froggy Town où rapidement reconnu, on le chargeait de retrouver l’or volé aux prospecteurs du coin. Mais le shérif local et ses frères ne l’entendent pas de cette oreille, pour eux, il empiète sur leurs prérogatives, à moins qu’ils n’aient plus à cacher.

 

A côté des reprises de personnages classiques comme Ric Hochet ou Blake et Mortimer dans des albums respectant au plus près l’ADN de la série originale, s’est développé le genre "Un héros vu par…" qui, tout en reprenant l’essentiel de la série, s’en démarque par un esprit propre à son auteur.  On y dénombre désormais Valérian - avec toutefois une seule tentative -, Spirou - avec des albums de qualité très variables - et donc Lucky Luke, repris ici par Mathieu Bonhomme. Disons-le tout net, l’album est une franche réussite.

Mathieu Bonhomme, à qui on devait déjà la série "Texas Cowboys" en collaboration avec Trondheim, est ici seul aux commandes pour un album plus sombre dans son scénario que ceux du duo légendaire Morris/Goscinny. Reprenant les codes graphiques de Morris (jean bleu, chemise jaune, foulard rouge,…), il allonge encore plus son personnage que ne le faisait le créateur historique, lui donnant en sus un air mystérieux et détaché qui lui va bien. Sur un scénario classique du genre western qui rappellera "Le Train Sifflera Trois Fois" pour le côté seul contre tous et "L’Homme qui tua Liberty Valance" pour le titre, Bonhomme donne une vision à la fois personnelle, originale et respectueuse de l’homme qui tire plus vite que son ombre. C’est un Lucky Luke calme mais qui sait donner de la voix - et du colt - quand c’est nécessaire qu’il met en scène dans une histoire fouillée mais d’une grande lisibilité. Bonhomme y convoque les autres ingrédients habituels du western: les Indiens d’une part et la jolie fille d’autre part. L’humour n’est par ailleurs pas absent et l’on apprendra au passage comment Luke cessa de fumer.

 

Au final, un album que l'on s’attend à voir récompensé dans les festivals. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisque, quelques jours seulement après sa parution, il est déjà en réimpression.

 

En bref : d’ores et déjà un album phare de 2016.  Foncez l’acheter!

 

L’Homme qui tua Lucky Luke par Mathieu Bonhomme chez Lucky Comics

 

Denis MARC

L’homme qui tua Lucky Luke
L’homme qui tua Lucky Luke Lucky Comics - Bonhomme - 2016
Loading...

Articles recommandés pour vous