Chroniques

L'hédonomètre, l'état d'esprit des peuples en temps réel

Alain Gerlache

© RTBF

22 juin 2012 à 06:21 - mise à jour 02 mai 2013 à 07:56Temps de lecture2 min
Par Alain Gerlache

Le dispositif a été mis au point par des chercheurs de l'Université du Vermont aux Etats-Unis. Ils ont observé que ce réseau social est très réactif face à des évènements. Les messages émis traduisent toute une gamme de sentiments, du bonheur jusqu’à la tristesse. Leur intuition, c’est qu’en les analysant, on peut arriver à une synthèse de l’état d’esprit d’une collectivité, voire de tout un pays, et ses variations selon les événements qui l’influencent.

Ils ont donc développé un programme informatique qui scrute la présence de 10 mille mots qui expriment ou suscitent des émotions. Ils sont classés sur une échelle qui va de 1 à 9. Au sommet, on trouve des mots comme bonheur, amour, ou plaisir…  Et en bas, guerre, accident, mourir. 50 millions de tweets en langue anglaise sont analysés chaque jour. Le dispositif est en place depuis 5 ans, mais il n’a été révélé que cette semaine. Les chercheurs ont voulu se donne le temps de l’affiner. On peut le consulter en ligne.

C’est une sorte de baromètre permanent. Cela dit, il y quand même quelques bémols. Les extrêmes sont assez prévisibles. Les deux jours où les internautes américains ont été les plus tristes ces dernières semaines, c’est lors de l’attentat de Boston et lors de la fusillade qui dans l’école de Newtown. Boston a été vécu comme plus triste parce qu’il s’est produit un lundi, le jour où les gens sont déjà le moins heureux de la semaine.

Et puis l’instrument de mesure, basé sur la sémantique, le vocabulaire, doit encore être amélioré. Ainsi, à cause de la présence des mots "attaques" ou "mort", l’élimination de Ben Laden se retrouve cataloguée comme jour triste, ce qui n’a pas été vraiment le cas. Souvenez-vous des manifestations de joie un peu partout aux Etats-Unis, jusque devant la Maison Blanche.

On sait aussi que les internautes ne sont pas exactement représentatifs de toute la population. Mais on observe quand même qu’avec leur montée en puissance, les réseaux s’en approchent de plus en plus. Quoi qu’il en soit, le chef du projet parle modestement d’un instrument complémentaire de mesure du bien-être d’un pays. Il compte d’ailleurs développer cet instrument en y incorporant d’autres indices. De même, les chercheurs veulent aussi évaluer le bien-être dans des régions ou des villes par exemple, ce qui peut être utile pour évaluer des politiques sociales par exemple.

Ce baromètre porte un nom, l’hédonomètre, un mot créé par un économiste irlandais au 19e siècle en référence à l’hédonisme, la philosophie grecque du plaisir. Vous voyez ça vient de loin et qu’Internet ne change rien à la nature humaine.

#médiaTIC @AlainGerlache

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Un baromètre du bonheur basé sur les messages postés sur Twitter

Articles recommandés pour vous