RTBFPasser au contenu

Exposition - Artistes

L'exposition dédiée à la collection des frères Morozov à la fondation Vuitton est prolongée

Ouverte pour la première fois hors de Russie, la collection Morozov rassemble des œuvres majeures de Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Renoir, Monet, Bonnard, Denis, Matisse, Derain et Picasso aux côtés d’artistes emblématiques du front. La garde russe comme Vr

L’exposition consacrée aux frères Morozov, présentée hors de Russie pour la première fois avec cette ampleur inédite, sera prolongée à Paris "de plusieurs semaines", a-t-on appris mercredi auprès de la fondation Vuitton qui l’accueille.

"Il y a un tel engouement que l’exposition sera prolongée de plusieurs semaines au-delà du 22 février", date à laquelle elle devait s’achever, a précisé la fondation à l’AFP sans arrêter toutefois de nouvelle date.

Le cap des 600.000 visiteurs a été franchi à la mi-décembre, a-t-elle ajouté.

La collection Morozov présente depuis le 22 septembre 200 tableaux, sculptures et photographies, collectionnés par les deux frères Mikhaïl et Yvan Morozov, industriels passionnés d’art moderne du tournant du XIXème siècle. Des Van Gogh, Gauguin, Renoir, Cézanne, Matisse, Bonnard, Monet, Manet… sont exposés aux côtés de peintres russes dont Golovine, Gontcharova, Korovine, Machkov, Maletitch, Melnikov, Répine, Serov

Sur cette photo prise le 15 septembre 2021, des visiteurs regardent des tableaux du peintre français Pierre Bonnard lors d’une visite de presse de l’exposition "La collection Morozov – Les icônes de l’art moderne" à la Fondation Louis Vuitton à Paris. L’a
Sur cette photo prise le 15 septembre 2021, des visiteurs regardent des tableaux du peintre français Pierre Bonnard lors d’une visite de presse de l’exposition "La collection Morozov – Les icônes de l’art moderne" à la Fondation Louis Vuitton à Paris. L’a © Tous droits réservés

Elle constitue le deuxième volet consacré aux grands collectionneurs russes, après l’exposition Chtchoukine (2016-17) qui avait attiré 1,29 million de visiteurs, un record.

L’exposition a été reportée à trois reprises en raison du Covid.

La Galerie Tretiakov et les musées Pouchkine (Moscou) et de l’Ermitage (Saint-Pétersbourg), qui abritent les œuvres en temps normal, n’en avaient jamais prêté autant à l’étranger.

Avec la révolution bolchevique de 1917, les collections ont été nationalisées, d’abord visibles aux murs des hôtels particuliers des deux industriels survivants puis réunies avec d’autres objets d’art, dans quelques pièces d’une des deux demeures.

Les tableaux ont ensuite été envoyés dans l’Oural au déclenchement de la guerre avec l’Allemagne en 1941 et y sont restés des années, tant bien que mal conservés par -40°. Ce n’est qu’à la fin des années 50 que le public soviétique avait pu à nouveau les admirer dans les trois grands musées russes.

Sur le même sujet

Gauguin - "Je suis un sauvage"

Exposition - Accueil
15 janv. 2019 à 17:48
2 min
08 nov. 2018 à 10:48
2 min

Articles recommandés pour vous