RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'agenda Ciné

L'Evénement : plus jamais ça !

Anne, une brillante étudiante, se prépare à rejoindre une soirée avec Hélène et Brigitte, ses deux grandes amies, inscrites comme elle en fac de Lettres. Quand elles arrivent sur place, la fête bat déjà son plein. Anne y retrouve ses potes, danse. Comme toutes les filles, elle ne dédaigne pas l’intérêt qu’elle suscite auprès des garçons, et elle se fout du regard oblique de ses camarades frustrées qui ont tôt fait de la traiter de salope. De toute façon, quand on l’aborde, elle ne s’en laisse pas conter, surtout quand il s’agit d’un des pompiers de la caserne voisine, ceux qui viennent régulièrement s’incruster dans ces fêtes d’étudiant pour draguer.

Seulement voilà, trois semaines plus tard, après avoir inscrit dans son agenda : " Rien, toujours rien ", un médecin lui annonce ce qu’elle redoutait : elle est enceinte.

Devant l’inconcevable, Anne demande au médecin son aide. Mais sa réponse est sans appel : " C’est impossible, et toute personne qui vous aiderait risquerait de finir en prison et vous avec "… Nous sommes en France en 1963 et au regard de la loi, l’avortement est un crime (il faudra attendre le 19 janvier 1975 pour que la dépénalisation de l’avortement soit votée grâce à la Loi Veil). Sans compter que braver cet interdit, c’est risquer sa vie si ça devait tourner mal.

Ses études, Anne entend bien les poursuivre, le plus sûr moyen pour elle de gagner son autonomie et d’échapper à sa condition modeste.

Pour elle, il n’y a alors pas d’autres choix que d'avorter…

La forme…

© Tous droits réservés

Après avoir signé de nombreux scénarios (Bac Nord, La French, HHhH…), Audrey Diwan, dont c’est le deuxième film en tant que réalisatrice (Mais vous êtes fou), adapte le roman éponyme et autobiographique d’Annie Ernaux… pas une mince affaire, quand on connaît le style net, précis et sans concession de l’écrivaine !

En ne lâchant pas un instant son héroïne, en la filmant au plus près, en adoptant un format d’image presque carré, Audrey Diwan dit l’urgence, l’enfermement jusqu’à l’étouffement dans lequel la jeune femme va se retrouver… et éprouve le spectateur alors soumis à autant de sensations.

Ce cadre resserré empêche également que l’on ne s’appesantisse sur les décors et la reconstitution historique, évitant ainsi une nostalgie frelatée. Une manière de rendre cette histoire intemporelle !  

… et le fond

Si la forme a déjà de quoi nous bousculer, elle serait vaine si elle n’était pas au service de l’histoire. Cette histoire c’est celle d’Anne, bien sûr, et à travers elle, celle de ces années 60 où les femmes s’imposaient de plus en plus dans la société et s’emparaient tant bien que mal de places jusque-là réservées aux hommes. Mais côté mentalités et mœurs, on était très, très loin du compte !

Du médecin scélérat ou fuyant, à la copine outragée en passant par l’amant lâche, chaque personnage du film raconte le corps contrôlé des femmes et une émancipation empêchée. Tous autant qu’ils sont et à des degrés divers, ils vont isoler un peu plus Anne au fur et à mesure que les semaines s’égrènent…

Cette histoire de résistance éprouvante, édifiante, et nécessaire doit aussi sa puissance à l’interprétation de Anamaria Vartolomei (My little princess, La Bonne épouse), remarquable dans le rôle d’Anna, et de tous les rôles secondaires tenus par les non moins excellents Sandrine Bonnaire, Anna Mouglalis, Fabrizio Rongione, entre autres.

 

Lion d’or à la dernière Mostra de Venise, L’Événement est un film à voir absolument !

 

Articles recommandés pour vous