Environnement

L'Europe joue un "rôle clé" dans le commerce de requins, dénonce l'ONG Ifaw

L'Union européenne joue un rôle clé dans le commerce mondial de requins, selon le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw)

© Jack TAYLOR

L'Union européenne joue un "rôle clé en tant que fournisseur et négociant dans le commerce mondial de requins", dont des espèces sont menacées d'extinction, a dénoncé mardi le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw) dans un rapport.

L'ONG a analysé les données douanières de Hong Kong, de Singapour et Taïwan "couvrant les importations et exportations d’ailerons et de viande sur la période de 2003 à 2020", selon un communiqué. "Il révèle que les États membres de l’UE ont été la source de 45% des produits liés aux nageoires de requin importés" dans ces trois zones en 2020.

"L’Espagne est l’un des principaux exportateurs mondiaux d’ailerons de requin", suivi au niveau européen par "le Portugal, les Pays-Bas et la France", selon ce rapport.

"Au total, 188.368 tonnes d’ailerons de requin ont été importées" à Hong Kong, Singapour et Taïwan entre 2003 et 2020, précise Ifaw. "L’UE est responsable de près d’un tiers de ces importations (28% en moyenne, 53.407 tonnes) et sa participation aux importations d’ailerons a considérablement augmenté à partir de 2017, jusqu'à atteindre 45% en 2020", poursuit l'ONG.

"Plus de 50% des espèces de requins sont menacées ou quasi menacés d’extinction, et les requins pélagiques (espèces de requins vivant en haute mer) ont vu leurs populations diminuer de plus de 70% en seulement 50 ans", s'alarme Ifaw.

L'UE doit "garantir l’exactitude des registres commerciaux. Elle se doit d’imposer des critères de durabilité pour le commerce de requins", en inscrivant les espèces commercialisées à l'annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), permettant un contrôle étroit de cette commercialisation, exige la co-auteure du rapport Barbara Slee, citée dans un communiqué.

"Assumer un tel rôle de leader encouragerait sans aucun doute d’autres acteurs à en faire autant, ce qui participerait à un avenir meilleur et durable pour les requins", poursuit-elle.

"Bien que beaucoup fassent porter le poids du changement sur les pays consommateurs, situés principalement en Asie, tous les pays disposant de flottes de pêche (...) qui commercialisent des produits à base de requin ont leur part de responsabilité", souligne Stan Shea, de l'association Bloom, co-auteur du rapport.

Sur le même sujet

Décision "historique" au sommet sur les espèces menacées (COP19) : la pêche de 54 espèces de requins sera fortement régulée

Environnement

Biodiversité aux USA : au large de la côte atlantique, la population de grands requins blancs en recrudescence

Biodiversité

Articles recommandés pour vous