L'Europe 2.0 d'Emmanuel Macron

French President Emmanuel Macron (C) delivers a speech on the European Union at the amphitheater of the Sorbonne University on September 26, 2017 in Paris.

© LUDOVIC MARIN - AFP

Fabian Willermain, chercheur à l'Institut Egmont, est l'invité de La Semaine de l'Europe. Au micro d'Olivier Hanrion et Sandro Calderon, il revient sur le discours sur l'Europe prononcé par le président français, Emmanuel Macron, à la Sorbonne ce mardi. Le chef d'Etat français a avancé plusieurs propositions pour réformer l'Union européenne. 

Un discours historique ?

Cela faisait quelques années qu'un chef de l'Etat ou de gouvernement européen n'avait pas parlé d'Europe de cette manière. Pour Fabian Willermain, Emmanuel Macron a prononcé un discours refondateur de l'Union européenne : " Je vais même tenter la comparaison avec la déclaration de Robert Schuman. C'est un discours clef pour la relance de l'Europe. Elle en a plus que jamais besoin. "

Olivier Hanrion, Alice Debatis, Fabian Willermain et Sandro Calderon
Olivier Hanrion, Alice Debatis, Fabian Willermain et Sandro Calderon © RTBF

Le président français a évoqué de nombreux sujets: l'économie, la sécurité, l'immigration. Pour certains, il en a fait trop. Une lecture des événements que rejette le chercheur de l'Institut Egmont : "Cela fait trop longtemps que les pro-européens ne parlent pas parce qu'ils ont peur depuis ce fameux référendum de 2005 en France sur la constitution européenne. Il est temps que les hommes politiques s'affirment."

En équilibre pour ne pas braquer les Etats membres

Emmanuel Macron veut approfondir la zone euro, en faire le cœur d'une Europe intégrée. Le président français a proposé la création d'un super ministre des finances européen mais aussi, d'un budget de la zone euro. Ses propositions restent vagues. Le chef d'Etat n'a, par exemple, pas préciser les compétences d'un tel ministre. Fabian Willermain y voit un positionnement stratégique de la part du président notamment face à l'Allemagne : "On sait que les allemands sont en train de négocier un gouvernement avec des libéraux, qui n'ont pas du tout envie de voir un super ministre des finances de la zone euro. Emmanuel Macron a également été assez flou en ne disant pas qui il voyait à ce poste. Du point de vue de la Commission européenne, c'est très clair. Cela doit être un vice-président de la Commission européenne chargé de la zone euro. Je ne suis pas sûr que ce soit une vision partagée par la France. C'est pour ça qu'il a laissé un certain flou pour voir les positions de chacun."

Moins frontal avec les pays d'Europe centrale et orientale

Lors de son discours, Emmanuel Macron a proposé de rénover le modèle social européen avec un salaire minimum adapté à la réalité économique de chaque pays et, pour les travailleurs détachés, le paiement des cotisations sociales du pays du détachement au profit du pays d'origine. Selon Fabian Willermain, il s'agit d'une porte ouverte aux pays de l'Europe de l'Est : "Cela a surement surpris beaucoup de monde. C'est peut-être parce qu'il voit que les négociations sur la réforme des travailleurs détachés est un peu bloquée et donc, il tente une autre piste de négociation."

Le président français a également évoqué sa volonté d'ouvrir l'Union européenne aux pays des Balkans. La Pologne est très réticente à faire bouger le dossier des travailleurs détachés. Cette proposition pourrait donner naissance à un mécanisme de donnant-donnant: " Il veut leur donner des gages pour leur dire : 'en échange vous nous laissez avancer sur une plus grande intégration européenne dans le cœur de l'Europe'."

 

Découvrez l’intégralité de l’interview de Fabian Willermain ce dimanche matin entre 08h20 et 09h00 dans La Semaine de l’Europe sur La Première.

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous