RTBFPasser au contenu

Regions

L'Etat belge et Fedasil assignés en justice

L'Etat belge et Fedasil assignés en justice
18 juin 2012 à 06:321 min
Par OPPENS Xavier Van

Ces associations demandent que l'Etat belge respecte ses engagements en matière d'accueil. Elles dénoncent la situation de centaines de jeunes à la rue ou logés dans des hôtels de seconde zone. Des adolescents en exil qui ne reçoivent pour vivre que 6 euros par jour et sont complètement livrés à eux-mêmes.

"Lorsqu’un MENA arrive en Belgique, déclare Elise Lupin (intervenante chez CARS, une association d'aide en milieu ouvert qui soutient cette plainte contre l'Etat belge et Fedasil), il est supposé être pris en charge par Fedasil dans un centre d’orientation et d’observation, afin d’être orienté vers un centre adéquat en fonction de ses problématiques, de son âge…"

Problème : "Fedasil ne remplit pas cette mission", souligne Elise Lupin. "Elle ne les accueille plus dans les CO (centres ouverts), puisqu’ils sont pleins."

Fedasil a donc choisi de les placer dans des hôtels de "seconde zone", à Bruxelles. Sans moyens suffisants pour subsister. "Ils n’ont que 6 euros par jour pour se nourrir, s’habiller, prendre les transports en commun, téléphoner à son avocat…" Il n’y a pas non plus d’accompagnement administratif, ni social, ni médical…

Par cette action en justice, les associations de défense des mineurs étrangers non accompagnés entendent d’une part obliger Fedasil et l’Etat belge à assumer leurs responsabilités dans la prise en charge des MENA ; mais aussi faire en sorte que le grand public soit conscientisé à la problématique. Ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle. "On n’a pas l’impression que les gens connaissent cette problématique. Ils ne se rendent pas compte qu’il y a autant de jeunes ou d’enfants demandeurs d’asile laissés à eux-mêmes, à l’abandon. Il faut que l’on prenne conscience de ce qui se passe dans nos rues, dans nos quartiers."

Fabrice Gérard

Articles recommandés pour vous