RTBFPasser au contenu

Cinéma

"L'Epreuve" : le dilemme bien réel du reporter de guerre entre travail et vie privée

"L'Épreuve" d'Erik Poppe et avec Juliette Binoche et Nikolaj Coster-Waldau
06 mai 2015 à 08:402 min
Par AFP Relax News

"Dans ce milieu, la plupart des gens ont du mal à trouver un équilibre entre travail et vie personnelle", affirme à l'AFP le photojournaliste américain Zoriah Miller. Spécialisé dans la couverture des conflits et des crises humanitaires, il a servi de "coach" à Juliette Binoche pour l'aider à comprendre le métier, sa technique, ses risques et incarner au mieux son personnage.

Comment s'est décidée votre collaboration avec l'équipe du film? Quel était votre rôle, en tant que photographe de guerre?

"Erik Poppe (le réalisateur du film, lui-même ancien photoreporter de guerre, ndlr) m'a contacté plus d'un an avant le début du tournage. Il voulait utiliser mes photos de zones de conflit dans le film pour composer le portfolio du personnage principal, Rebecca.

On m'a ensuite sollicité pour assister Juliette Binoche sur le tournage, lui montrer comment se mouvoir, approcher les sujets dans différentes situations, etc... afin de l'aider à rendre son jeu le plus réaliste possible. Nous avons commencé à nous parler plusieurs mois avant le tournage, des heures durant sur Skype, afin qu'elle comprenne les différentes facettes de mon travail et de ma vie. Elle était très curieuse de savoir comment ce boulot m'a affecté. Depuis, elle en sait probablement autant sur moi que mes amis proches!

Avant le début du tournage au Maroc (où ont été filmées les scènes censées se dérouler en Afghanistan et au Kenya), nous avons passé une journée dans les rues à prendre des photos, pour la mettre en situation d'approcher les gens et de faire des clichés en conditions réelles.

Juliette était très impliquée: elle a appris non seulement le fonctionnement d'un appareil professionnel mais aussi le travail d'édition des photos et les techniques de transmission utilisées dans les contrées reculées."

Avez-vous été personnellement confronté au type de dilemme entre vie privée et passion professionnelle auquel Juliette Binoche fait face dans "L'Epreuve"?

"Je crois que la plupart des gens qui exercent ce métier ont du mal à trouver un équilibre entre travail et vie personnelle. Dans le film, Juliette joue le rôle d'une photojournaliste qui, par beaucoup d'aspects, se préoccupe peu de sa propre sécurité. Ce n'est pas rare dans ce milieu. C'est un métier qui requiert énormément de passion et d'abnégation et qui souvent, pousse à négliger les gens qui vous aiment.

Je suis heureux que le cinéma aborde cette question: il est important que nous prenions conscience des dégâts que notre travail provoque dans notre cercle intime. Tout concentrés à vouloir sauver le monde, nous finissons parfois par faire souffrir nos proches, et c'est un travers dans lequel nous devons nous efforcer de ne pas tomber."

A votre avis, cela fait-il une différence d'être une femme dans ce métier?

"Oui, je pense que les femmes sont confrontées à plus de défis dans ce boulot, tout du moins à des défis très différents que les hommes. Néanmoins, je crois aussi qu'elles peuvent parfois en tirer avantage. J'ai passé du temps à Gaza avec une photojournaliste: si elle n'avait pas le droit de photographier les opérations du Hamas, elle a en revanche pu prendre des clichés de femmes (par exemple, des mères veillant le corps de leurs enfants morts), ce qui m'était interdit.

J'encourage toujours les étudiantes en photojournalisme à persévérer, car les voix des femmes dans cette profession sont, à mon sens, extrêmement importantes."

Sur le même sujet

23 juin 2017 à 12:03
1 min
05 mai 2015 à 06:01
1 min

Articles recommandés pour vous