RTBFPasser au contenu

La vie du bon côté

L’égo, ennemi ou allié ?

l'égo, ennemi ou allié ?

La vie du bon côté

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

24 juin 2020 à 06:004 min
Par Edith Vallée

L’Ego est-il notre allié ou notre ennemi ? Et si nous l’abordions  sans  l’éliminer ou le contourner mais plutôt en l’apprivoisant, en l’acceptant avec plus de douceur, en sortant du jugement.  Pascale Lecoq, Coach certifiée, est (R)éveilleuse de l'être © et fondatrice de l'école de Coaching (R)éveil à Soi, elle nous invite, dans ce podcast, à mieux percevoir notre Ego pour être davantage conscient et envisager ainsi un processus constructif de transformation positive.

Qu'est-ce que l'ego (ennemi ou allié) ?

L'idée de l'ego est intégrée par tout le monde, intellectuellement et en même temps c'est un concept qui reste assez flou, difficile à repérer dans nos actes de la vie de tous les jours, comme si l'ego était invisible, imperceptible. Observer concrètement quand notre ego est présent dans notre journée, savoir quand il se manifeste, c'est compliqué, voire inaccessible.  C'est souvent plus facile de le voir à l'extérieur, chez les autres que chez soi. Nous ne sommes pas conscient de la quantité de paroles, d'actions qui sont produites par notre ego au quotidien. C'est un exercice qui demande de la pratique, des outils, des repérages.

Pour prendre quelques exemples, l'ego est là : 

  • Quand on est excédé par l'automobiliste qui n'avance pas assez vite à notre goût ou qui va trop vite; 
  • quand on crie après notre enfant, le tapons pour le punir; 
  • quand on  critique notre boss ou nos collègues de travail;
  • quand on se plaint de notre situation ou qu'on en met plein la vue de nos réussites;
  • quand on se compare à nos frères et sœurs, que nous sommes jaloux ou envieux.

Quand l'ego est pointé du doigt, on peut se sentir nul, mal, critiqué, dévalorisé puisque, la plupart du temps, l'ego a une connotation négative. Or l'ego est en soi et on n'a pas à le juger ou à se positionner pour ou contre, il n'est ni ennemi ni allié.  L'ego fait partie de soi. Le postulat est simple : on en a tous un et il ne partira pas. Maintenant il peut être plus ou moins présent et c'est sur ce point que l'on peut agir et se questionner. ​​​

Que faire ?

Quand on a la croyance que l'ego est la partie de soi moche, mauvaise, ça ferme la porte. On est dans un processus de combat, voire d'élimination. L'éliminer le contourner a plus tendance à renforcer sa présence, puisqu'on s'oppose à la réalité qu'il est là et fait partie de nous. Donc le 1er pas serait de l'accepter, d'apprendre à le connaître pour avoir plus conscience de sa présence. Lorsqu'il se manifeste, c'est un automatisme, c'est inconscient. L'important n'est pas qu'il se soit manifesté mais plutôt qu'est-ce qui l'a poussé à se manifester ? Quand je veux avoir raison, le dernier mot dans une conversation, c'est mon ego. Alors qu'est ce qui me pousse à avoir le dernier mot ? Qu'est-ce que je cherche à défendre à tout prix en agissant ainsi ? Ainsi en le découvrant, j'avance dans ma vie et dans mon fonctionnement. 

Evocation de la planche BD

" J'ai voulu créer une BD parce que ça permet d'une manière ludique, visuelle de voir le fonctionnement de son ego. L'essentiel est posé en 12 images. Je raconte l'histoire du ChaBoteur. Le chaboteur fait référence à saboteur en coaching, et en même temps c'est un mot non défini dans l'univers collectif. ça permet de sortir du cadre pré-établi, du formaté. La BD permet un déclic, elle apporte un changement de regard pour une découverte côte à côte plutôt que frontal, plus violent et moins propice à l'exploration." explique Pascale Lecoq

Retrouvez la planche BD du ChatBoteur en cliquant ICI

Présentation du livre "ChaBoteur, ta face cachée"

Quels bénéfices de connaître son ego ?

Il faut bien être conscient que ce n'est pas aisé de sortir de l'ego puisque tout ramène à lui. La société nourrit l'ego par exemple avec la flatterie. On le voit dans les réseaux sociaux, la publicité avec les messages sous jacents comme : "si tu mets tel parfum, tu deviens un Dieu...".  En connaissant et en acceptant son ego, on a une meilleure relation à soi et à l'autre. On peut éviter, voire stopper l'escalade puisque l'on sait que c'est juste une histoire d'ego, on le voit. On sort du drame, de la souffrance, de la peur. Donc au final, on vit mieux.

Ouverture au Bien Vivre

Voir son ego permet d'être davantage conscient, c'est là qu'il y a un processus de transformation. On s'ouvre à la voie du cœur, on peut adopter une position plus juste, ne pas faire une affaire personnelle de tout et rien. On apprend à pardonner, à s'excuser, à simplifier ses relations. Au final accepter son ego c'est aussi apprendre à s'aimer autrement, dans le fond et non plus dans le paraître. Nouveau paradigme. Concrètement, c'est un apprentissage de vivre avec son ego et l'ego des autres. On le fait par exemple en accompagnant des couples avant le mariage pour que cette nouvelle vie avec les 2 egos puisse se faire : "ok, je te vois et je t'accepte tel que tu es plutôt que pour le meilleur et pour le pire et là tu as le pire ! " et je pense qu'en confinement, c'est vraiment d'actualité.  

Pascale Lecoq

Chaque jour, prenez la vie du bon côté

Sylvie Honoré

Du 100% digital… La Vie du bon côté, c’est tous les jours, quand vous le voulez du matin au soir, en PODCAST et dans la bonne humeur sur Vivacite.be, sur auvio, sur spotify, sur votre smartphone ou votre iPhone. C’est partout, tout le temps, où vous le voulez comme vous le voulez ! Sylvie Honoré vous invite à ce rendez-vous Bien Etre et Santé en présence d’experts en développement personnel. La vie du bon côté, c’est aussi un second rendez-vous quotidien dans l’émission "VIVRE ICI" dès 14h15 sur VivaCité.

Loading...

Articles recommandés pour vous