Journal du classique

L'association PETA s’indigne de la présence d’animaux dans la nouvelle production du Ring au Staatsoper de Berlin

© Monika Rittershaus / Staatsoper Berlin

17 oct. 2022 à 08:50Temps de lecture3 min
Par Céline Dekock

La mise en scène de Dmitri Tcherniakov de la nouvelle production du Ring de Wagner au Staatsoper de Berlin a été vivement critiquée par l’association de protection des animaux PETA. En cause, la présence sur scène de plus d’une trentaine d’animaux, notamment des lapins et des cochons d’inde, enfermés dans des cages.

C’est l’événement de la saison de la prestigieuse maison d’opéra berlinoise, la nouvelle production du Ring de Wagner, qui devait être dirigée par Daniel Barenboim et marquer ses 80 ans. Une production et surtout une mise en scène, signée Dmitri Tcherniakov, qui font déjà parler d’elles, puisque l’association PETA a réagi à la présence d’animaux sur la scène, demandant que ceux-ci soient retirés de la mise en scène.

Dans la mise en scène de L’Or du Rhin et La Walkyrie, Tcherniakov a installé des dizaines de cages accueillant des lapins et cochons d’indes, afin de représenter un laboratoire de recherche dans la forteresse des dieux à Valhalla. La présence de ces animaux, particulièrement sensibles au stress, a fait réagir la branche allemande de l’association de protection des animaux, qui s’est adressée à la maison lyrique sur ses réseaux sociaux : "Les animaux n’ont rien à faire sur scène, où ils sont exposés à une situation angoissante, notamment en raison du volume sonore important et des lumières violentes".

Après une entrevue entre un membre de l’association PETA et l’intendant de l’Opéra d’Etat de Berlin, la maison d’opéra a annoncé qu’elle renonçait à l’utilisation des cochons d’inde pour les prochaines représentations prévues fin octobre, et qu’elle réduisait le nombre de lapins présents sur scène.

Une décision saluée par l’association de protection des animaux comme étant un "bon premier pas" mais a rappelé sa ferme intension de faire changer les mentalités et de faire en sorte que plus aucun animal ne soit utilisé dans une mise en scène à l’avenir.

Loading...

"Les animaux ne sont pas dans ce monde pour être exposés à un scénario effrayant et inhabituel de musique forte et de lumières vives sur scène et pour être transportés dans les deux sens comme une supposée attraction du public", déclare Peter Höffken, officier spécialiste de PETA. "Nous sommes ravis que l’Opéra d’État de Berlin se soit montré ouvert à nos arguments et soulage maintenant au moins certains animaux du stress. Nous espérons que les responsables changeront d’état d’esprit à long terme et que les animaux ne seront plus utilisés dans les spectacles à l’avenir."

De son côté, l’Opéra d’Etat de Berlin a publié une déclaration sur ses réseaux sociaux, assurant que l’utilisation des animaux dans leur mise en scène avait été menée après "évaluation, examen et approbation par des experts".

Loading...

"Aucun animal n’a été blessé ou stressé lors des représentations et des répétitions des productions [ndlr. de L’or du Rhin et de La Walkyrie]", peut-on lire dans ce communiqué. "Pendant les représentations et les répétitions, les animaux étaient soignés d’une manière appropriée à leur espèce et logés dans de grandes cages spacieuses, par paires avec de la nourriture, de la boisson et beaucoup de foin, afin que l’animal puisse se retirer si nécessaire. Pendant toute la durée de la production, ceux-ci étaient sous la supervision responsable des formateurs professionnels responsables. Les animaux ont été préparés pour les représentations par 6 répétitions sous la supervision du bureau vétérinaire compétent. Les animaux utilisés ont été préparés de manière responsable pour la mission et n’ont jamais montré de symptômes de stress. La puissance de l’éclairage a également été ajustée aux besoins des animaux. Si un ou plusieurs animaux avaient montré des signes de stress ou de fuite à un moment donné, l’opération n’aurait pas été approuvée ou poursuivie de notre part." Et de conclure que l’entretien avec l’association PETA a "permis de prendre conscience de la nécessité de concevoir les futurs projets différemment dès le départ."

Sur le même sujet

Siegfried tué dans sa piscine : une fin de Ring à Bayreuth, la mise en scène sifflée par le public et les chanteurs applaudis

Carnets d'opéra

Le Ring de Wagner à Bayreuth : Quel dragueur, ce Siegfried !

Carnets d'opéra

Articles recommandés pour vous