L'argent fait le bonheur… si l'on sait quoi acheter

L'argent fait le bonheur… si l'on sait quoi acheter

© Tous droits réservés

19 mai 2013 à 15:51 - mise à jour 19 mai 2013 à 16:15Temps de lecture3 min
Par RTBF

Certaines enquêtes montrent d’ailleurs que quel que soit leur niveau de revenus, les personnes pensent qu’elles seraient plus heureuses avec 20% de plus. D’autres recherches ont montré qu’à partir d’un certain seuil (qui n’est pas très élevé) l’augmentation des revenus n’apporte pas de sentiment supplémentaire de bonheur. Au contraire même : les responsabilités et les risques inhérents à la gestion de revenus importants peuvent à eux seuls être une source de stress, de contraintes et d’inquiétude, donc compromettre le bonheur général.

Une étude de 2007 effectuée par la VUB avait déjà étudié en profondeur le bonheur des Belges. Elle propose les ingrédients du bonheur tirés des constats de cette étude, le modèle C.A.S : "Conditions, Autres, Sagesse". Autrement dit, pour être heureux il faut des Conditions (la santé, des moyens financiers suffisants pour avoir la possibilité d’épargner régulièrement de l’argent, même peu, et du temps pour soi), la présence des Autres (source d’amour et de soutien et un groupe auquel se comparer, par rapport auquel se définir) et de la Sagesse (et si la capacité à acquérir des informations et à prendre ainsi le contrôle de sa vie, une des composantes du bonheur, est liée au niveau socio-éducatif, la sagesse, elle, peut être acquise par pratiquement tout le monde).

L’étude se termine par une série de conseils pratiques destinés à s’organiser activement pour créer son sentiment de bonheur, reposant sur des constats scientifiques. Par exemple le fait d’être propriétaire et non locataire de son logement augmente le bonheur. Et le fait d’avoir remboursé ou non son crédit hypothécaire ne joue ici aucun rôle.

Vos prochaines dépenses de bonheur

Revenons-en aux cinq façons proposées par le professeur Norton pour "transformer vos dollars – ou vos euros – en sourires qui durent" :

Achetez des expériences

Plutôt que des biens matériels. Selon les enquêtes 57 % des sondés affirment qu’une dépense effectuée pour vivre une expérience les a rendus plus heureux qu’une dépense effectuée pour acquérir un objet, contre 34 % qui pensent le contraire. La différence est encore plus marquée chez les femmes, les jeunes et les citadins.

Faites-vous des faveurs et des exceptions

Le fait de savoir que vous ne pouvez accéder à tout moment à quelque chose qui vous fait plaisir renforce votre plaisir quand vous y avez accès. Des expériences ont montré que les amateurs de séries télé ont moins de plaisir quand ils regardent la saison complète sur DVD que quand ils doivent attendre la diffusion du programme. Le plaisir est dans l’attente…

Achetez du temps

Les gens qui ont plus de temps libre sont plus susceptibles de faire du sport, du volontariat, ou toute autre activité qui augmente le bonheur.

Payez maintenant et consommez plus tard

C’est donc tout le contraire de ce qu’affirment les publicités pour le crédit à la consommation qui affirme : "Achetez maintenant et payez plus tard". Ici encore des expériences ont montré que les personnes qui attendent 30 minutes avant de manger une friandise au chocolat qu’on leur offre éprouvent plus de plaisir que celles qui la mangent tout de suite. C’est le "Drool factor" – le "facteur bave".

Investissez dans les autres

L’argent dépensé pour les autres rend plus heureux que celui dépensé pour soi-même. Il faut généralement atteindre un certain âge pour ressentir cet effet, mais beaucoup d’entre nous ont des grands-parents-gâteaux qui sont des témoins vivants de ce phénomène.

Pourquoi des grands-parents ? Parce qu’intervient ici un autre phénomène : "la période d’heure de pointe de la vie". Et elle est longue : si vous avez entre 25 et 55 ans et que vous ne vous sentez pas très très heureux, c’est normal, car vous avez tout sur le dos pour l’instant : prêt hypothécaire, enfants, carrière, projets d’avenir et… divorce une fois sur deux. Consolez-vous, d’après les études, ce sont donc juste ces 30 premières années les plus dures.

Patrick Bartholomé

 

 

 

 

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Un baromètre du bonheur basé sur les messages postés sur Twitter

Focus: recette pour un bonheur immédiat

Articles recommandés pour vous