La Trois

"L'Année dernière à Marienbad", le classique français qui a révélé Delphine Seyrig, à voir sur La Trois

© © Tous droits réservés

21 nov. 2022 à 08:17Temps de lecture2 min
Par Pascale Navez et Thomas Guiot

L'Année dernière à Marienbad, un classique du cinéma français, réalisé par le cinéaste Alain Resnais, est à (re)découvrir le 23 novembre à 20h40 sur La Trois.

Que raconte ce film ? 

Une soirée théâtrale dans un somptueux palace d'une ville d'eau allemande. Un homme très élégant rencontre une femme et s'efforce de la persuader que, l'année précédente, à Marienbad, elle avait promis de tout quitter pour vivre avec lui. La femme ne se souvient absolument pas d'avoir eu une telle conversation avec lui. L'homme la poursuit pourtant et la harcèle, parfois doucereux, quelquefois inquiétant.  

Scénarisé par Alain Robbe-Grillet, le chef de file du Nouveau roman, d'après le roman fantastique "L'Invention de Morel" de l'écrivain argentin Adolfo Bioy Casares, L'Année dernière à Marienbad est un film inclassable. Il est construit comme un jeu de société, bouleversant ainsi la narration classique. Le passé et le présent finissent par se confondre, tandis que la tension croît entre les trois protagonistes. Présenté à la Mostra de Venise en 1961, le film d'Alain Resnais remporte la récompense suprême, le Lion d'Or.

Loading...

La révélation Delphine Seyrig

Sorti en 1961, L'Année dernière à Marienbad a permis de révéler l'une des plus grandes actrices françaises de sa génération, Delphine Seyrig. Le réalisateur Alain Resnais l'a découverte lors de son séjour à New York à l'automne 1959, alors qu'elle jouait dans la pièce de théâtre An Enemy of the People. Grâce à sa participation au film, l'actrice acquière une notoriété internationale. Elle tournera de nouveau sous la direction d'Alain Resnais l'année suivante pour Muriel ou le Temps d'un retour. Présente au Festival de Venise, elle y gagne la Coupe Volpi de la meilleure actrice.

Après ces deux films, Delphine Seyrig devient la nouvelle coqueluche du cinéma d'auteur et tourne avec les plus grands comme François Truffaut, Luis Buñuel, Jacques Demy ... et plus tard la cinéaste belge Chantal Akerman qui lui offre l'un de ses plus grands rôles. Grande féministe, la comédienne met en danger sa carrière pour pouvoir travailler avec le plus de femmes possible. Elle arrive au Festival de Cannes en 1975 pour présenter quatre films dont trois réalisés par des femmes. L'un de ces films est le cultissime Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles de Chantal Akerman.

L'Année dernière à Marienbad, à (re)découvrir le 23 novembre à 20h40 dans Classic Ciné sur La Trois.

© Tous droits réservés

Sur le même sujet

"Jeanne d'Arc", un des derniers films hollywoodiens d'Ingrid Bergman.

La Trois

Aimer, boire et chanter : l'adieu d'Alain Resnais

RTBF TV

Articles recommandés pour vous