Energie

L’Allemagne, dépendante du gaz russe, discute avec le Sénégal de ses ressources en Atlantique

Le président sénégalais Macky Sall (à droite) s’adresse à la presse en compagnie du chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) au palais de la République du Sénégal, le 22 mai 2022

© AFP or licensors

22 mai 2022 à 19:51Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Marie-Laure Mathot

L’Allemagne est en discussions "intensives" avec le Sénégal pour participer à des projets autour des ressources en gaz du pays ouest-africain, qui est lui-même prêt à alimenter l’Europe, ont dit dimanche le chancelier allemand Olaf Scholz et le président sénégalais Macky Sall.

Ils s’exprimaient lors d’une conférence de presse conjointe à Dakar, avec la guerre en Ukraine en toile de fond, et son impact sur les approvisionnements en énergie, en particulier pour l’Allemagne, fortement dépendante du gaz russe.

Le Sénégal, pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, place beaucoup d’espoir dans l’exploitation future commune avec la Mauritanie des champs de gaz et de pétrole découverts dans l’Atlantique ces dernières années. Le président sénégalais a prévu le début de la production en décembre 2023, à raison de 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an dans un premier temps, et 10 millions en 2030.

"Nous sommes prêts, nous Sénégal en tout cas, à travailler dans une perspective d’alimenter le marché européen en GNL", a-t-il déclaré.

"J’ai demandé au chancelier de nous accompagner pour le développement de ces ressources de gaz, pour la production de LNG à partir de l’Afrique vers l’Europe, et aussi pour le gas-to-power", c’est-à-dire la production de gaz destinée à alimenter les centrales électriques locales, a-t-il déclaré.

L’Allemagne est déjà engagée au Sénégal dans des projets d’énergie renouvelable ou de stockage de l’énergie, et des discussions ont commencé en ce qui concerne le gaz, a déclaré le chancelier. Elles devaient se poursuivre de "manière très intensive" au niveau des experts "parce que cela a du sens" et qu’il "est dans notre intérêt commun d’accomplir des progrès", a-t-il dit.

Le président sénégalais s’est à nouveau élevé contre un arrêt des financements de l’exploitation des énergies fossiles au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.

Une vingtaine d’Etats, dont les Etats-Unis et la France, se sont engagés lors de la conférence sur le climat COP26 en 2021 à mettre un terme d’ici fin 2022 au financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles sans techniques de capture du carbone.

L’Afrique est un continent d’1,3 milliard d’habitants, dont 600 millions n’ont pas accès à l’électricité, a dit M. Sall.

Il faut aussi soutenir l’industrialisation, a-t-il poursuivi. "Dans ce contexte, n’étant pas les plus grands pollueurs puisque n’étant pas industrialisés, il serait injuste dans la recherche de solution (au réchauffement climatique) qu’on veuille interdire à l’Afrique d’utiliser les ressources naturelles qui sont dans son sous-sol", a-t-il dit.

Interrogé sur le caractère éventuellement prématuré d’engagements pris contre le réchauffement, M. Scholz, faisant référence aux crises en cours, a répondu que "le fait que, de manière générale, nous devions regarder d’un nouvel œil la situation dans le monde résulte de ce que j’ai appelé un tournant entre deux époques".

"Nous ne pouvons pas accepter qu’on empêche quelques pays dans le monde d’exploiter leurs possibilités" parce qu’ils n’avaient pas les capacités financières de le faire ou parce qu’ils n’en avaient pas encore eu l’occasion, a-t-il dit.

Sur le même sujet

L'Allemagne va faire une entorse à sa constitution pour renforcer son armée

Monde Europe

La Lettonie, la Lituanie et l’Estonie cessent d’importer leur électricité de Russie

Energie

Articles recommandés pour vous