RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'alcool en poudre déjà interdit dans une vingtaine d'États américains

Le créateur du Palcohol défend son produit, arguant qu'il ne s'agit nullement d'une "version ultraconcentrée de l'alcool", mais plutôt d'un "shot" en poudre.
16 août 2015 à 13:17 - mise à jour 16 août 2015 à 13:17Temps de lecture2 min
Par T.M.

Il y a un peu plus d'un an, la société Lipsmark recevait des autorités fédérales américaines l'autorisation de mettre sur le marché son nouveau produit : l'alcool en poudre. Cosmopolitan, margarita ou encore vodka orange, de nombreux cocktails étaient déjà annoncés dans la gamme "Palcohol" qu'il suffit de mélanger avec de l'eau pour obtenir sa boisson.

Mais, alors que cette poudre n'est même pas encore disponible sur le marché américain, 21 États américains ont déjà décidé d'en interdire la vente, tandis que le Maryland et le Minnesota l'ont temporairement banni. Malgré le récent feu vert de l'Alcohol and Tobacco Tax and Trade Bureau - nécessaire pour la vente de la substance dans le commerce -, ils craignent en effet que cet alcool en poudre ne rendent la consommation d'alcool plus facile pour les mineurs d'âge, écrit le Washington Post.

"Un désastre en devenir pour la santé publique"

C'est notamment le cas de l'État de New York, dont le gouverneur Andrew Cuomo ne cache pas son aversion pour cette poudre : "Ce dangereux produit est un désastre en devenir pour la santé publique. Je suis fier de signer cette loi qui gardera l'alcool en poudre hors des rayons et l'empêchera de tomber entre de mauvaises mains."

Le sénateur de New York Charles Schumer craignait notamment que la forme de ce produit ne donne des idées aux jeunes consommateurs: sniffer la poudre, l'utiliser pour cuisiner ou saupoudrer son plat, y mettre feu, etc. Bref, un tas de "stupides singeries", comme le résume le site Vice dont un collaborateur s'est essayé à toutes ces expériences avant d'en conclure : "S'il vous plait, n'essayez rien de tout cela chez vous. Vous pourriez vous blesser, et, de toute façon, c'est une manière très compliquée de se saouler."

Le créateur du Palcohol se défend, arguant qu'il ne s'agit nullement d'une "version ultraconcentrée de l'alcool", mais plutôt d'un "shot" en poudre. "Quand je me promène, que je fais de la randonnée ou du kayak, j'aime prendre un verre une fois arrivé à destination. Transporter de l'alcool liquide et des mélanges dans des bouteilles pour faire une margarita par exemple, ce n'est pas du tout pratique", illustre Mark Phillips, qui espère toujours voir son produit sur le marché d'ici la fin de l'été.

Sur le même sujet

22 avr. 2014 à 04:28
Temps de lecture1 min