RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du Rock

"Kyiv Calling", un groupe punk ukrainien reprend "London Calling" des Clash

Beton
21 mars 2022 à 12:11 - mise à jour 21 mars 2022 à 13:19Temps de lecture3 min
Par Classic 21

Le groupe Beton a choisi de réinterpréter l’emblématique "London Calling" des Clash en "Kyiv Calling" pour protester contre l’invasion russe en Ukraine.

Kiev, la capitale ukrainienne, s’est déjà vidée d’au moins la moitié de ses 3,5 millions d’habitants depuis le début de l’invasion russe, le 24 février.

Le trio Beton a enregistré ce titre depuis Lviv ces jeudi 17 et vendredi 18 mars, le tout mixé et mastérisé par Danny Saber, qui travaillait avec Joe Strummer, le frontman des Clash, avant sa mort en 2002.

 

Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir des extraits de la guerre en Ukraine filmés par la famille du groupe et des amis.

Tous les bénéfices de ce morceau seront reversés à l’organisation citoyenne FURM (Free Ukraine Resistance Movement).

Loading...

Le chanteur Andriy Zholob s’est expliqué au sujet de cette reprise : "De nombreux musiciens Ukrainiens sont maintenant sur les champs de bataille et défendent leur territoire. Cette fois-ci, ils ont troqué leurs guitares contre des armes. Nous espérons que cette chanson représentera bien l’esprit ukrainien et notre aversion envers l’agression russe."

"Les Clash nous ont inspirés quand on a démarré dans le punk et la musique, il n’y a aucun snobisme ni aucune prétention dans la musique, ils avaient quelque chose à dire et faisaient entendre leur opinion contre la colère humaine. "London Calling" incarne bien tout ça et nous sommes très fiers d’avoir pu transformer ce classique en un nouvel hymne".

Il ajoute : "Nous sommes heureux de voir ce titre diffusé non seulement en Ukraine mais partout dans le monde comme symbole de solidarité et d’espoir. Notre pays défendra notre liberté durement gagnée et protégera notre droit à l’autodétermination. Nous n’avons aucun doute quant à notre victoire, nous sommes fiers d’être Ukrainiens et de ressentir le soutien des musiciens d’ailleurs. Cela signifie beaucoup pour nous."

Ostap Kryvdyk de l’association FURM précise : "FURM demande à ce que le monde écoute l’appel de Kiev. La musique des Clash est celle de la liberté. Nous devons empêcher la chute du nouveau rideau de fer. "London Calling" était un appel à la résistance de la Grande-Bretagne lorsqu’elle était seule face aux nazis."

"Nous voulons que "Kyiv Calling" soit le symbole de la résistance face au nouvel agresseur en Europe. Nous ne capitulerons pas. Pas de paix, pas de compromis. Pour l’Ukraine, la paix n’est pas seulement l’absence de guerre. La paix est l’unité de l’Ukraine. FURM remercie les Clash pour leur soutien pendant nos heures les plus sombres. Apportez l’aube."

Ce mercredi 23 mars durant toute la journée, les équipes de Bel RTL, Chérie, Classic 21, DH Radio, Fun Radio, La Première, Musiq3, Nostalgie, NRJ, Radio Contact, Tipik et VivaCité s’unissent quant à elles sous la bannière "Radios Ukraine" avec un seul objectif : animer l’élan de solidarité, à travers leurs programmes respectifs, pour venir en aide aux Ukrainiens et aux ONG mobilisées sur place.

L’actualité rock est incontournablement liée au conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine et on ne compte plus le nombre d’artistes rock qui se sont exprimés sur le sujet.

Parmi eux, David Gilmour de Pink Floyd, qui en appelle à la paix et Roger Waters, qui qualifie l’invasion d’"acte de gangster ". La musique de Pink Floyd n’est d’ailleurs plus partagée en Russie depuis ce week-end. Elton John, lui, a manifesté son désarroi face au cauchemar que vivent les Ukrainiens, et Stevie Nicks de Fleetwood Mac a écrit une lettre ouverte au président russe lui souhaitant "de disparaître de cette terre", juste après l’avoir comparé à Hitler.

Après Iron Maiden, Rammstein, Slipknot et Matthew Bellamy de Muse, Stevie Wonder a partagé une vidéo appelant le monde entier à se lever pour empêcher une troisième guerre mondiale. Des annulations de concerts ont été confirmées dans la foulée, pour le groupe metal ukrainien Jinjer d’abord, puis pour Deep Purple, Green Day, Iggy Pop, Nick Cave & the Bad Seeds, et Maneskin, entre autres.

Enfin, Dee Snider, le chanteur de Twisted Sister, approuve totalement l’utilisation du hit "We’re not gonna take it", comme cri de ralliement des Ukrainiens, lui dont les grands-parents, de la même origine, avaient vécu une situation similaire après la Deuxième Guerre Mondiale.

Ce dimanche 13 mars, Tom Odell s’est rendu à la gare de Bucarest en Roumanie pour interpréter son titre "Another Love" devant des réfugiés ukrainiens, tandis que The Cure a lancé une gamme de T-shirts au profit d’un fonds de soutien pour les Ukrainiens.

Sur le même sujet

The Clash : une édition spéciale de "Combat Rock"

Journal du Rock

The Clash : la célèbre basse cassée de Paul Simonon au Musée de Londres

Articles recommandés pour vous