Belgique

Kleine-Brogel abrite une vingtaine d'armes nucléaires, selon un expert

 « previous Un F-16 à Kleine-Brogel

© BELGA PHOTO YORICK JANSENS

29 janv. 2014 à 12:51Temps de lecture2 min
Par Belga News

Six bases américaines, réparties sur cinq pays (Allemagne, Italie, Belgique, Turquie et Pays-Bas), accueillent 183 ogives nucléaires, selon Hans Kristensen. La base de Kleine-Brogel abrite une vingtaine de bombes B61 et l'unique fonction des 130 militaires américains déployés sur cette base est d'assurer la sécurité de cet armement nucléaire.

Ces bombes B61 sont en cours de modernisation, bien que les Etats-Unis réfutent le terme et préfèrent celui de "prolongation de la durée de vie". "Il s'agit d'une consolidation de quatre modèles existants en un seul, le B61-12, le dispositif de guidage de queue va également changer, ce qui le rendra plus précis et plus sûr", a souligné Hans Kristensen. La capacité militaire des Etats-Unis en sera renforcée. Ce projet est le plus ambitieux et onéreux que les Etats-Unis aient mis en oeuvre dans le domaine militaire.

Les nouvelles bombes B61-12, dont aucun exemplaire n'a encore été déployée en Europe, arriveront en Europe vers 2020, de manière progressive. "Les anciennes têtes nucléaires seront évacuées quatre par quatre, par exemple, et seront remplacées dans la même proportion", a-t-il expliqué aux députés des commissions conjointes Relations extérieures et Défense nationale de la Chambre.

M. Kristensen tient ses informations de différentes sources. "On peut accéder aux informations à Washington en parlant avec les gens qui, au fil des années, finissent par donner des bribes d'information ou des documents", a-t-il commenté. Il a également pu consulter un document, signé en décembre 2000 par le président américain de l'époque, Bill Clinton, sur le déploiement des armes nucléaires en Europe. "Ce document listait les bases nucléaires en Europe, et Kleine-Brogel en faisait partie", précise-t-il.

Le coût annuel du déploiement d'armes nucléaires en Europe s'élève à 100 millions de dollars.

La présence d'ogives nucléaires sur la base de Kleine-Brogel a longtemps été entourée d'un halo de mystère et n'a jamais été ni confirmée ni démentie par le gouvernement - à l'exception d'un aveu fait en 1988, par le ministre de la Défense de l'époque, Guy Coëme.

"Au sein du gouvernement belge, très peu de personnes sont au courant du nombre exact de bombes à Kleine-Brogel", a souligné mercredi l'expert américain. "Le ministre de la Défense est certainement au courant, le Premier ministre a peut-être été informé. Et s'ils décidaient de révéler l'étendue exacte de la présence d'armes nucléaires en Belgique, les Etats-Unis refuseraient toute confirmation ou infirmation".

 


Belga

Plus d’armes nucléaires à Kleine-Brogel dans les années à venir. Pourquoi ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement