RTBFPasser au contenu

Kersten, Médecin d'Himmler

Kersten, Médecin d'Himmler
02 nov. 2015 à 12:053 min
Par Jacques Schraûwen

C’est en deux tomes, sombres, lucides, passionnants, que Patrice Perna et Fabien Bedouel nous font découvrir un personnage hors norme de la deuxième guerre mondiale. Un portrait à la fois intime et historique !

Kersten
Kersten éditions Glénat

Heinrich Himmler est, pendant la deuxième guerre mondiale, le maître absolu de la SS, et, à ce titre, un des personnages essentiels du nazisme. Un des personnages les plus sombres, aussi, les plus inhumains. Le pouvoir qui est le sien, cependant, ne l’empêche pas de souffrir de l’estomac, avec des crises qui le laissent physiquement diminué. Et c’est ainsi qu’entre dans sa vie le docteur Kersten, un médecin " masseur " d’origine nordique, ayant appris l’art du massage thérapeutique avec un Tibétain. Kersten devient le seul capable de calmer les souffrances de Himmler. Il abandonne ses clients hollandais ou italiens pour s’occuper presque exclusivement de ce ponte du nazisme, pour devenir un de ses proches, voire même un intime.

A la fois intime, oui, et pratiquement prisonnier d’un être sans humanité, un être pour qui la vie humaine n’a strictement aucune valeur, Kersten va réussir à sauver des milliers de vies, à empêcher des déportations massives. C’est grâce à lui, par exemple, qu’Himmler a accepté de passer outre à un ordre d’Hitler et de ne pas faire dynamiter les camps de concentration en 1945.

C’est à cette existence hors du commun que les auteurs de ces deux albums se sont intéressés. Pour Patrice Perna, le scénariste, la tâche fut ardue. Comment, en effet, côtoyer des monstres tels qu’Himmler sans en être atteints, profondément ? Il a choisi, dès lors, la voie de l’Histoire, la grande, de l’histoire, la petite, l’humaine. Il n’a aucune empathie pour Himmler, bien naturellement, mais il ne se contente pas non plus d’en tracer un portrait tout d’une seule pièce. Parce que, finalement, ce qui intéresse Perna en priorité, c’est l’être humain derrière les apparences, l’humain et ses ambiguïtés, et c’est ainsi que son scénario se teinte, de bout en bout, d’un véritable sens de l’humanisme. Jusque dans la scène qui apparaît dans les dernières pages, et où on voit Himmler et Kersten échanger une poignée de mains faite aussi d’émotion.

kERSTEN
kERSTEN Editions Glénat

Ecrire une telle histoire, traiter en parallèle les destinées mêlées et contradictoires de deux hommes aux forces totalement opposées, et le faire tout au long d’une narration qui mélange présents des personnages et flash-backs et qui, surtout, se construit autour d’une thématique presque de " polar ", voilà ce que fut le travail, réussi, du scénariste.

On aurait pu croire que, pour un tel récit, le choix éditorial se serait porté sur un dessinateur au réalisme classique, de manière, en quelque sorte, à estomper le contenu extrêmement dur de l’histoire racontée.

Mais ce choix s’est finalement porté sur un artiste qui, à son tour, a voulu s’immergER, graphiquement, dans ce double portrait. Triple, même : celui de Kersten, celui de Himmler, et celui d’une époque précise de la grande Histoire…

Fabien Bedouel a choisi la voie d’un certain expressionnisme, comme en continuation, inconsciente peut-être, de ces tableaux que les nazis firent brûler en leur temps…

Un expressionnisme, oui… Une mise en scène aussi, presque théâtrale, des différents protagonistes qui promènent, de page en page, leurs silhouettes presque hiératiques.

Et là aussi, la réussite est complète. Par le biais du dessin, le lecteur pénètre dans une aventure humaine, certes, mais il se perd aussi, en même temps, dans les méandres graphiques et artistiques d’un cauchemar toujours inavouable, toujours indicible. Et pour atteindre à cette puissance d’évocation, présente dans le texte comme dans le dessin, il a fallu une complicité supplémentaire, celle de Florence Fantini, une coloriste dont le travail, sans aucun doute, fait partie intégrante de la création de ces deux albums importants !

Kersten
Kersten éditions Glénat

L’Histoire est pleine de héros oubliés. Kersten fait partie de ces figures qui, à cause de leurs ambiguïtés, n’ont pas droit à des reconnaissances vraiment officielles. Dans ces deux livres, qui lui rendent hommage, c’est un peu un hommage lancé aussi à tous ceux qui, pendant l’inacceptable de cette deuxième guerre mondiale, ont résisté, chacun à sa manière, chacun au rythme de ses propres possibilités humaines.

 

Jacques Schraûwen

Kersten, Médecin d’Himmler : deux tomes (scénario : Patrice Perna – dessinateur : Fabien Bedouel – couleur : Florence Fantini - éditeur : Glénat)

Articles recommandés pour vous