RTBFPasser au contenu

Sous couverture

Karine Tuil : "Je considère la littérature comme un véritable espace de liberté"

Karin Tuil entre Thierry Bellefroid et Lucile Poulain

De passage à Bruxelles, Karine Tuil est venue présenter son dernier roman La décision à Thierry Bellefroid et Lucile Poulain dans "Sous Couverture" ce dimanche 13 mars à 22h50 sur la Trois.

Ça fait déjà un peu plus de vingt ans que Karine Tuil est apparue sur la scène littéraire française. Ses premiers romans se paraient d'une note burlesque mais depuis une dizaine d'années, ils ont pris une tonalité plus sociale et critique. Son dernier roman La décision ne déroge pas à la règle et campe une juge d'instruction du pôle antiterroriste qui doit décider du sort d'un jeune homme revenu de Syrie où il était allé rejoindre l'Etat islamique. 

Sa mère la surnomme "La justice française"

Karine Tuil voit le jour à Paris en 1972. Ses parents d'origine juive ont quitté Tunis quand ils avaient vingt ans pour rejoindre la France. Son père qui dirige un magasin de meubles, lui transmet son humour :"C’était Groucho Marx. Il était drôle, se déguisait, ne prenait rien au sérieux". Sa mère, secrétaire de direction dans une boite à bac, incarne davantage la figure d'autorité. Plutôt intellectuelle, elle l'incite à lire Camus, Vian, Kafka. Bref, tous deux lui inculquent l'amour de la France, le goût de la culture et des valeurs intellectuelles.

"La décision" de Karine Tuil

Elle aime écrire mais  elle se verrait bien aussi magistrate. Elle s'intéresse à la loi, sa mère la surnommait d'ailleurs "la justice française". Alors, le bac poche, elle entame des études de droit et devient juriste. Elle ne présentera toutefois pas sa thèse car l'écriture la rattrape et elle décide de s'y consacrer.

Après son premier roman Pour le pire, elle participe à un concours de nouvelles et son texte attire l'attention du romancier et

académicien Jean-Marie Rouart. Il croit qu'elle écrit sous pseudonyme et fait partie du monde restreint de l'édition. Surpris d'apprendre qu'il n'en est rien, il lui promet de l'aider s'il le peut. Ce qu'il ne manquera pas de faire tout au long de sa carrière.

Des thèmes d'actualité

Les questions d'identité, de transmission, de filiation sont au cœur de tous les livres de Karine Tuil. Elle n'aime rien tant que de s'emparer des thèmes d'actualité et d'en explorer toutes les facettes. Rien n'est jamais blanc ou noir. Dans son roman précédent, Les choses humaines, elle dissèque les ambiguïtés du mouvement #metoo. Elle tape juste et reçoit le Prix Interallié et le Goncourt des lycéens. Dans La Décision, elle nous plonge dans les dilemmes cornéliens d'une femme dans une position de pouvoir. Comment vit on quand on est confronté à la violence au quotidien ? Jusqu'où peut-on faire confiance à quelqu'un ? Comment vit on la peur de l'agression, celle de commettre une erreur qui pourrait avoir des répercussions fatales ? Qu'est que la vérité ? Celle que chacun croit détenir ? 

J’écris pour tenter de comprendre ce qui dans la société m’échappe. La littérature rend intelligible ce qui ne l’est pas. Et qu’est-ce qui est plus inintelligible que la violence, le mal, la barbarie d’un attentat ? 

Karine Tuil a commencé à s'intéresser aux attentats terroristes en 2007 lorsqu'elle travaillait sur l'écriture de L'invention de nos vies. En assistant à un procèselle s'est rendu compte qu'on connaissait peu de choses sur ces juges qui gèrent ces enquêtes et qui interrogent les suspects. Il en résulte ce livre fort bien documenté dans lequel Karine Tuil a abandonné la forme indirecte qu'elle utilise habituellement dans ses romans pour adopter le "je":

Il était impossible de raconter cette histoire sans entrer dans l’intimité profonde de cette juge, d’aborder les doutes auxquels elle est confrontée quotidiennement sans utiliser le "je".

Karine Tuil répondra aux questions de Thierry Bellefroid et Lucile Poulain dans Sous Couverture ce dimanche 13 mars à 22h50 sur la Trois !

Sur le même sujet

09 mai 2022 à 12:43
2 min
12 avr. 2022 à 10:09
1 min

Articles recommandés pour vous