RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Jumet : plusieurs familles de réfugiés ukrainiens déjà hébergées

Veronica, 15 ans, a trouvé refuge chez sa meilleure amie Alina
08 mars 2022 à 11:01Temps de lecture1 min
Par Simon Gerard

Plus d’1 million d’Ukrainiens ont fui leur pays. Ils sont plusieurs centaines à arriver chez nous. Oleg et sa famille sont ukrainiens, ils vivent depuis plusieurs années à Jumet. Ils ont décidé d’ouvrir la porte de leur maison aux réfugiés.

Ils vivent à 11 dans une maison de 4

Il y a des va-et-vient partout, tout le temps dans la maison d’Oleg. Depuis quelques jours, ils vivent à 11 dans une maison de 4. Les derniers réfugiés sont arrivés lundi "nous avons été les chercher à Cologne à 2 heures du matin."

Il s’agit de Veronica et sa maman. Elles n’ont pas atterri ici par hasard. Veronica, 15 ans est la meilleure amie d’Alina, la belle fille d’Oleg. C’est elle qui s’occupe de la traduction pour nous. Veronica et sa mère ne parlent pas un mot de français, elles sont toutefois soulagées d’être en Belgique " ces derniers jours ont été très difficiles" avoue l’adolescente ukrainienne "je suis soulagée d’être en sécurité, mais j’ai très peur pour ma famille restée là-bas."

Le papa de Veronica est resté pour combattre. Dans le salon, devant la tv ukrainienne, la maman ne sait pas retenir ses larmes " ce qui se passe dans notre pays, c’est indescriptible" confie Victoria "on a du mal à croire qu’on est au 21e siècle.

60 heures de voyage pour arriver à Jumet

Victoria et sa fille habitent dans une ville de plus d’1 million d’habitants, à 500 km de Kiev. Une fois que les bombardements ont été trop intenses, elles ont dû plier bagage "j’ai juste pris quelques jeans, quelques t-shirts. Je suis partie sans rien, j’ai laissé toute ma vie là-bas."

Le voyage a été très long : 60 heures en tout, dont 40 heures d’embouteillages à la frontière avec la Pologne. Victoria est encore sous le choc "je ne sais pas du tout à quoi va ressembler mon futur" s’inquiète la mère de famille "on veut juste survivre. Mais on croit en l’Ukraine."

Si vous voulez aider une famille ukrainienne, la ville de Charleroi a mis en ligne un formulaire sur son site.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : "Nous sommes dans la situation des États-Unis en 1940", déclare François De Smet

Belgique

Articles recommandés pour vous