Cyclisme

Jumbo-Visma ou l'art de gérer une équipe en 5 exemples

Wout Van Aert, Primoz Roglic et Christophe Laporte à l'arrivée de la première étape de Paris-Nice.

© Belga

25 août 2022 à 11:12Temps de lecture6 min
Par Louis Dedobbeleer

La saison de Jumbo-Visma, pour l'instant, ressemble beaucoup à un plan qui se déroule sans accroc. Au delà de gagner, souvent, l'équipe néerlandaise peut même se permettre à quelques reprises de choisir le vainqueur. Dans un sport d'équipe où on gagne en individuel, les "hommes en jaune" ont réussi à montrer le visage d'une équipe soudée où tout le monde, ou presque, peut recevoir une chance de gagner. Un véritable exemple de management humain résumé en un Tour de cinq étapes. 

1. Paris-Nice, un premier exemple parfait

Le début de notre Tour débute au mois de mars, et plus exactement au 6 mars. La première étape de Paris-Nice offre une boucle de 159 kilomètres autour de Mantes-la-Ville marquée par le premier coup de force de Jumbo-Visma. Après un gros travail de Nathan Van Hooydonck, le nouveau venu Christophe Laporte accélère dans une bosse à 6,5 kilomètres de l'arrivée. Seuls Wout van Aert, Primoz Roglic et Zdeněk Štybar (Quick-Step Alpha Vinyl) parviennent à tenir la roue du Français, pendant quelques hectomètres seulement pour le coureur du "Wolfpack"

Voilà les trois coureurs de la formation néerlandaise lancés dans un contre-la-montre par équipe. Aux 500 mètres, tout le monde se pose la même question, non pas "Qui va gagner ?" mais "Qui va-t-on faire gagner ?". Wout van Aert est venu pour gagner des étapes et le maillot vert, cette victoire lui permettrait de prendre une belle option sur ses objectifs. Primoz Roglic vise avant tout le classement général et ne dirait pas non à dix secondes de bonification supplémentaires pour creuser l'écart avec ses concurrents directs. Il n'en sera rien, c'est à l'équipier Christophe Laporte que l'on offre la victoire, sa première en World Tour, à 29 ans. L'image est belle, l'esprit d'équipe renforcé et l'air de rien, les deux leaders de Jumbo-Visma viennent de s'assurer la fidélité de leur équipier pour toute la saison.

1er étape : Victoire de Christophe Laporte. Triplé Jumbo-Visma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Preuve en sera une vingtaine de jours plus tard, au Grand Prix de l'E3, quand notre champion de Belgique de l'époque joignait à nouveau la ligne d'arrivée avec son coéquipier. Cette fois, aucun doute, le Belge endosse son costume de leader et remporte la deuxième classique de son printemps, devant le Français, tout sourire. 

Wout Van Aert et Christophe Laporte à l'arrivée du Grand Prix de l'E3, le 25 mars 2022.
Wout Van Aert et Christophe Laporte à l'arrivée du Grand Prix de l'E3, le 25 mars 2022. © Tous droits réservés

Le bilan de Paris-Nice est exceptionnel, Primoz Roglic remporte le classement général, Wout van Aert, le maillot vert, et avec 3 victoires d'étapes (une pour chacun des trois coureurs cités) l'armada Jumbo-Visma ne laisse déjà que des miettes à ses opposants tout en partageant les plaisirs au sein de son équipe.

2. Un Dauphiné libéré, un Vingegaard bridé

Pour cette épreuve préparatoire au Tour de France, Jumbo-Visma sort l'artillerie lourde avec Wout van Aert, Primoz Roglic et Jonas Vingegaard. Le début du Critérium du Dauphiné se passe idéalement avec une victoire dès la première étape de notre Wout national. Mais ce qui nous intéresse davantage, ce sont les deux dernières étapes, en montagne. Primoz Roglic est annoncé comme le leader de l'équipe, Vingegaard se mue en équipier. Notre consultant Cyril Saugrain et d'autres observateurs comprennent pourtant assez vite que le Danois est le plus fort quand la route s'élève. Mais il ne bronche pas, travaille pour son leader slovène, qui gagnera le classement général. 

Primoz Roglic et Jonas Vingegaard à l'arrivée de la dernière étape du Critérium du Dauphiné le 12 juin 2022.
Primoz Roglic et Jonas Vingegaard à l'arrivée de la dernière étape du Critérium du Dauphiné le 12 juin 2022. © Belga, David Stockman

En guise de remerciement, Roglic lui laissera la dernière étape arrivant au plateau de Solaison. Deux Jumbo-Visma qui arrivent ensemble sur la ligne d'arrivée, une image devenue habituelle. 

Le bilan du Dauphiné est encore une fois implacable, trois victoires d'étapes dont deux pour van Aert et une pour Vingegaard. Roglic remporte le maillot jaune et Wout le maillot vert, rien que ça. 

3. Le Tour de France comme synthèse

Sur la Grande Boucle, la Jumbo nous a offert un condensé de tout ce qu'ils avaient déjà pu montrer. Tout d'abord entre Roglic et Vingegaard. Annoncés comme co-leaders, la victoire de Roglic sur le Dauphiné a enlevé un peu de pression des épaules du Danois de 25 ans, deuxième du Tour l'année passée. Les rôles se sont pourtant vite imposés lorsque le Slovène a perdu plus de deux minutes sur son compatriote, Tadej Pogacar, lors de l'étape de pavés menant à Arenberg. 

Redevable envers son coéquipier suite au Critérium du Dauphiné, Roglic n'a jamais rechigné à se mettre au travail pour permettre à Vingegaard de s'emparer de la tunique jaune. Lors de la 11ème étape, le champion olympique de contre-la-montre a été un artisan de la défaillance de Pogacar dans le col du Granon avec plusieurs attaques qui ont forcé le maillot jaune à griller quelques cartouches. À l'arrivée, Jonas Vingegaard remporte la première victoire de sa carrière sur le Tour de France, s'empare du maillot jaune et reprend trois minutes à son rival de la formation UAE Team Emirates.

Jumbo-Visma montrera pendant tout le Tour le visage d'une équipe soudée, à l'image de Vingegaard qui interrompt son interview pour saluer Wout van Aert, avant d'endosser pour la première fois la tunique jaune. 

Vingegaard après son numéro de haut vol au Granon : "Tout cela n'aurait pas été possible sans mon équipe"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans la 19ème étape menant à Cahors, tous les amateurs de cyclisme auront une impression de déjà-vu. Alors que tout le monde attendait Wout van Aert dans une arrivée qui lui convenait, c'est finalement Christophe Laporte qui sort du bois pour venir s'imposer en costaud. Wout n'avait pas les jambes pour sprinter, au lendemain de la terrible arrivée à Hautacam dans laquelle il a tout donné pour faire sauter Pogacar de la roue de Vingegaard. Au lieu de faire une place d'honneur, il a préféré donner une chance à son poisson-pilote depuis le début du Tour de France, Christophe Laporte. L'ancien coureur de Cofidis ne s'est pas fait prier et s'est imposé, offrant à la France sa seule victoire sur cette Grande Boucle édition 2022. 

Interrogé à l'issue de l'étape, il n'a pas manqué de rendre hommage à son leader, "A 100 kilomètres de l'arrivée, Wout m'a dit que c'était à moi de jouer. La dernière fois qu'il m'avait dit ça, c'était sur Paris-Nice où j'avais gagné" (...) "Si j'avais dû travailler pour Wout aujourd'hui, ça m'allait très bien aussi". Ce à quoi le Belge répondra, "Je lui ai déjà dit plein de fois, il ne sait pas à quel point il est fort". On ne manque pas de compliments au sein de l'équipe de Richard Plugge. 

Wout van Aert fond en larmes après sa victoire à Rocamadour

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Autre image marquante de ce Tour, lors du contre-la-montre individuel dans l'avant-dernière étape. Le maillot jaune Jonas Vingegaard termine deuxième de l'étape derrière ... Wout van Aert évidemment. Ce dernier va marquer le coup en quittant le "Hot Seat" pour saluer son coéquipier sur la ligne d'arrivée. On a rarement vu le Belge aussi ému, mais à ce moment il réalise que son équipe vient de s'assurer trois maillots distinctifs et six victoires d'étapes. La pression redescend, les épaules sont plus légères, les larmes coulent. L'image est belle, encore une fois.  

Enfin, pour être sûres que tout le monde a compris que Jumbo-Visma ce sont des individualités qui forment une équipe et non une équipe d'individualités, les "abeilles" décident de franchir la ligne des Champs-Élysées ensemble. On n'oublie évidemment pas ceux qui ont dû quitter l'épreuve et on finit le Tour parfaitement, en équipe, le sourire aux lèvres, et surtout, en raflant tout sur son passage. 

L'équipe Jumbo-Visma à l'arrivée de la dernière étape du Tour de France sur les Champs-Élysées. 24 juillet 2022.
L'équipe Jumbo-Visma à l'arrivée de la dernière étape du Tour de France sur les Champs-Élysées. 24 juillet 2022. © Tous droits réservés

4. Tour du Danemark, les seconds couteaux se découpent le gâteau

Sur les terres de leur leader vainqueur du Tour de France, Christophe Laporte et le jeune sprinteur néerlandais Olav Kooij suivent la ligne directrice de l'équipe : gagner un maximum en contentant tout le monde. 

Dès la première étape, le Français se mue à nouveau en équipier de luxe pour son sprinteur, qui s'impose. Rebelote sur la troisième étape où Laporte met tellement Kooij sur orbite qu'il finira deuxième derrière le néerlandais, largement devant Magnus Cort Nielsen, troisième du jour. 

Et puis, comme si l'histoire n'était pas déjà assez belle, Christophe Laporte conclura ce Tour du Danemark en décrochant la dernière étape ce qui lui permettra également d'ôter le maillot de leader à Magnus Sheffield et de remporter le classement par points. Encore une belle moisson pour la Jumbo-Visma qui repart avec deux maillots distinctifs et trois victoires d'étapes sur cinq possibles. 

Olav Kooij à l'arrivée de la troisième étape du Tour du Danemark devant son coéquipier Christophe Laporte.
Olav Kooij à l'arrivée de la troisième étape du Tour du Danemark devant son coéquipier Christophe Laporte. © Bo Amstrup / Ritzau Scanpix/ AFP

5. Tournée générale de rouge sur la Vuelta

Le dernier exemple est aussi le plus récent, sur la Vuelta. Sur ses terres, Jumbo-Visma s'impose lors du contre-la-montre inaugural à Utrecht. L'équipe avait dès lors le luxe de choisir quel coureur franchirait la ligne en premier et porterait le premier maillot rouge de ce Tour d'Espagne. L'heureux élu n'est autre que Robert Gesink. Un hasard ? Non, évidemment. Dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux, Jumbo-Visma dévoile le speech d'avant course dans lequel on découvre que tout était prévu.

Loading...

Le Néerlandais de 36 ans est un fidèle de l'équipe et se voit là remercié pour les nombreux services rendus ces dernières années. Il n'avait jamais porté un maillot de leader sur un Grand Tour, "sur mes terres avec le maillot rouge, c'est comme un rêve qui se réalise". 

Loading...

Deuxième étape et deuxième heureux du côté des "abeilles". Cette fois, c'est au tour de Mike Teunissen, un Néerlandais, encore, de se voir offrir la "camiseta roja". En se classant quatrième, le coureur de 29 ans reçoit le droit de porter la maillot rouge sur ses terres, dans une étape qui passe à seulement 90 kilomètres de son lieu de naissance. 

Dans la troisième étape, c'est à Edoardo Affini que l'on fait plaisir, et lui, ne cache pas le sien, "un maillot de leader dans un Grand Tour, ce n'est pas donné à tout le monde. Je dois remercier mes coéquipiers de m'avoir donné ce maillot"

Victorieux dans la quatrième étape ce mardi, Primoz Roglic prend à son tour la tunique rouge, mais cette fois, il compte bien la garder jusqu'au bout, avec l'aide des anciens leaders de cette Vuelta, redevenus des équipiers modèles. 

Si les abeilles, les vraies, sont bien utiles pour fleurir la nature, les abeilles de Jumbo-Visma, elles, font tout l'inverse avec les 41 bouquets déjà récoltés cette année. 

4e étape : Vitoria-Gasteiz > Laguardia : Victoire de Primoz Roglic

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous